Passer au contenu principal

Des conseils pour vous aider à mieux consommer

En tant que gestionnaire et investisseur responsable, vous vous préoccupez autant des résultats financiers de votre entreprise que de son impact sur l’environnement.

La gestion efficace de votre consommation d’énergie vous aidera à améliorer la performance financière de votre entreprise et à demeurer concurrentiel. Si vous possédez un bâtiment ou un site industriel, lisez nos conseils en efficacité énergétique. Vous pourriez y trouver des idées pour augmenter la valeur marchande de votre bâtiment ou de votre site.

Conseils en matière de chauffage et de climatisation

Saviez-vous que le chauffage de votre bâtiment peut représenter jusqu’à 50 % de votre facture d’électricité annuelle alors que la climatisation peut en représenter jusqu’à 15 % ?

Mesures gratuites ou peu coûteuses

  • Assurez-vous de faire l’entretien régulier de tous vos équipements de chauffage et de climatisation : nettoyez les serpentins, vérifiez les sondes de température et les équipements de chauffage, etc.
  • Évitez de faire fonctionner simultanément le chauffage et la climatisation.
  • Maintenez une température de consigne raisonnable dans les zones occupées (21 °C en hiver et 24 °C en été). Ainsi, les lieux seront confortables et le bâtiment ne sera ni surchauffé ni climatisé à outrance.
  • Réduisez la température dans les zones inoccupées ou peu occupées (p. ex., les escaliers de secours et les salles d’entreposage).
  • Ajustez graduellement le point de consigne à l’arrivée des occupants afin d’éviter d’avoir à démarrer à plein rendement tous les équipements de chauffage ou de climatisation.
  • Installez une minuterie pour régler la température de consigne selon la période d’occupation (en période inoccupée, nous recommandons une consigne de 18 °C en hiver et de 26 °C en été).
  • Placez des détecteurs de mouvement, particulièrement dans de petites zones bien définies, afin de modifier automatiquement la température de consigne. Ainsi, en cas d’inoccupation, la température se règle automatiquement.
  • Mettez en place un système de gestion automatique des températures de consigne en fonction des accès (ex. : chambres d’hôtel reliées au système de réservation, zones reliées aux cartes d’accès des employés, etc.).
  • Prévoyez des thermostats électroniques dans toutes les pièces afin d’obtenir une meilleure précision de la température de chaque pièce.
  • Installez des ventilateurs au plafond pour éviter la stratification de l’air. Dans les zones où le plafond est élevé (environ trois mètres et plus), la température de l’air n’est pas homogène.
  • Limitez les infiltrations d’air (cadres de fenêtres et murs non étanches).
  • Installez des portes de garage étanches à ouverture et à fermeture rapides et reliez-les automatiquement au système de chauffage.
  • Prévenez les fuites en dotant les prises d’air des systèmes de ventilation de volets étanches.
  • Isolez les conduits de ventilation et la tuyauterie.

Vous désirez en faire davantage ?

Réalisez un projet dans le cadre d’un de nos programmes

Voici des mesures qui vous permettront de réduire votre consommation d’électricité grâce à des technologies efficaces.

Elles donnent droit à un appui financier dans le cadre du programme Bâtiments. Faites comme de nombreux clients et tirez parti des divers avantages de ce programme.

Demandez l’aide d’un professionnel en la matière pour définir les mesures qui s’intègrent le mieux à votre bâtiment et répondent à vos objectifs.

Commande et régulation

Les mesures de commande et de régulation suivantes vous permettront de diminuer votre consommation annuelle et de faire des économies. Du même coup, votre investissement sera relativement faible ou vous rentabiliserez rapidement celui-ci.

Économisez sur le chauffage ou la climatisation en évitant de laisser entrer trop d’air de l’extérieur.

Dans un bâtiment, le CO2 que produisent les occupants ne doit pas dépasser une certaine concentration pour des questions de santé (idéalement moins de 1 000 ppm). Installez une sonde de CO2 dans les conduits d’air évacué des zones afin de connaître le taux de CO2 dans l’air et de pouvoir automatiquement fournir au bâtiment la quantité d’air extérieur requise pour diminuer ce taux, le cas échéant. L’utilisation de la sonde de CO2 vous permet d’économiser sur le chauffage et le refroidissement de cet air, car elle limite les entrées d’air de l’extérieur.

Régulez la température d’alimentation de vos systèmes CVCA afin que l’air soit chauffé ou refroidi à une température qui correspond exactement à vos besoins.

Faites varier la température des zones du bâtiment en fonction de la température extérieure ou de la demande maximale de chauffage ou de climatisation des zones alimentées. Une telle mesure vous permet de réguler la température d’alimentation selon vos besoins et d’éviter de surchauffer ou de climatiser à outrance l’air.

Prévoyez un cycle économiseur pour climatiser votre bâtiment avec l’air extérieur

Un cycle économiseur (free-cooling) permet de climatiser un bâtiment en utilisant directement l’air extérieur qui est à une température et à une humidité (enthalpie) optimales sans avoir recours aux systèmes de refroidissement. Une telle mesure s’applique surtout au printemps et à l’automne quand l’air extérieur présente des conditions adéquates à la climatisation. En été, privilégiez une ventilation nocturne sans systèmes de refroidissement pour évacuer la chaleur accumulée dans le bâtiment au cours de la journée et, du même coup, réduire votre consommation d’électricité.

Assurez un meilleur suivi de vos équipements et apportez sur-le-champ les correctifs nécessaires grâce à une commande centralisée.

Centralisez tout le fonctionnement du bâtiment à l’aide d’un logiciel de régulation pour ajuster adéquatement et judicieusement plusieurs paramètres comme l’horaire des équipements (ex. : ventilation, éclairage, pompes) et le point de consigne de chauffage ou de climatisation. Cette commande centralisée permet, par exemple, d’éviter de climatiser ou d’éclairer des zones inoccupées. L’accès à distance à l’ensemble des équipements centralisés permet également d’assurer un meilleur suivi des activités et d’apporter sur-le-champ des correctifs au besoin.

Obtenez une puissance de chauffage adaptée à vos besoins et une précision accrue grâce à ces dispositifs.

Modulez la puissance de chauffage d’un élément électrique en installant un régulateur à thyristor ou un relais triac. La puissance de chauffage sera ainsi adaptée à vos besoins et tout surchauffage sera évité, d’où des économies appréciables. Vous obtiendrez également une meilleure précision du point de consigne désiré et éviterez le cyclage (arrêts et départs répétés) de l’élément chauffant, ce qui aura pour effet d’en prolonger la durée de vie.

Récupération de la chaleur

Saviez-vous qu’il est possible de récupérer une grande quantité de l’énergie que génère un bâtiment ? Voici divers moyens qui vous permettront de récupérer de 40 à 85 % de l’énergie qui serait autrement rejetée à l’extérieur de votre bâtiment.

Récupérez jusqu’à 40 % de la chaleur de l’air évacué.

Récupérez l’énergie que contient la gaine d’évacuation d’air en transférant la chaleur dans une boucle d’eau. Une pompe fera circuler le fluide (mélange eau et glycol) de la boucle d’eau et transférera la chaleur dans la gaine d’alimentation en air. Une telle mesure peut s’avérer un bon choix pour les systèmes dont les gaines d’alimentation et d’évacuation ne sont pas situées à proximité l’une de l’autre. Son efficacité thermique peut atteindre 40 %.

Récupérez jusqu’à 50 % de la chaleur de l’air évacué.

Récupérez l’énergie dans les gaines d’évacuation en refroidissant mécaniquement l’air qui s’y trouve avant qu’il ne soit évacué à l’extérieur du bâtiment. L’énergie récupérée par l’équipement de refroidissement est ensuite acheminée dans la boucle d’eau chaude du bâtiment. Pareille mesure peut constituer un bon choix pour les systèmes dont les gaines d’alimentation et d’évacuation sont éloignées les unes des autres. L’efficacité thermique d’un tel récupérateur peut atteindre 50 %.

Obtenez une efficacité thermique pouvant atteindre 60 %.

Récupérez la chaleur de l’air évacué de votre bâtiment en utilisant un échangeur à plaques. Dans un tel échangeur, l’air neuf et l’air évacué circulent dans des plaques parallèles conductrices de chaleur, ce qui permet l’échange d’énergie entre elles. Cet équipement nécessite que les gaines pour l’air neuf et l’air évacué du bâtiment soient côte à côte. L’efficacité thermique d’un tel récupérateur peut atteindre 60 %.

Récupérez jusqu’à 70 % de la chaleur de l’air évacué.

Récupérez l’énergie que contient l’air évacué de votre bâtiment (température et humidité) et utilisez-la pour préchauffer ou refroidir l’air neuf grâce à un échangeur à régénération par roue thermique. Installé dans une unité de traitement d’air, ce récupérateur cylindrique composé de matériaux accumulant l’énergie est en constante rotation. Il est traversé de part et d’autre par les deux flux d’air, permettant ainsi l’échange d’énergie entre eux. Notez cependant qu’il est essentiel que les deux gaines dans lesquelles circulent l’air entrant et l’air sortant soient côte à côte. L’efficacité thermique d’un tel récupérateur peut atteindre 70 %.

Optez pour le récupérateur le plus efficace, avec un transfert d’énergie pouvant atteindre 85 %.

Récupérez l’énergie de l’air que contient la gaine d’évacuation du système central. À chaque cycle, l’énergie de l’air rejeté (température et humidité) s’accumule dans l’une des cassettes pendant que l’autre cassette libère dans la gaine d’air frais l’énergie accumulée au cycle précédent. Un jeu de volets mécaniques permet d’inverser les flots d’air frais et d’air vicié pour que les deux cassettes puissent se recharger et se décharger simultanément. Chaque cassette joue ainsi le rôle d’une batterie qui se charge et se décharge. Ce type de récupérateur est le plus efficace qui soit avec une efficacité thermique maximale de 85 %.

Chauffage et climatisation

Pour optimiser vos économies d’énergie ou améliorer vos équipements mécaniques en fin de vie, optez pour l’une ou l’autre des mesures suivantes. Elles requièrent un investissement supérieur, mais vous feront faire d’importantes économies.

Utilisez la chaleur provenant d’une zone climatisée pour chauffer une autre zone.

Échangez l’énergie entre les zones grâce aux pompes à chaleur décentralisées. Ces pompes, qui sont de type air-eau, se trouvent dans la majorité des zones nécessitant du chauffage et de la climatisation. Elles puisent l’énergie dans une boucle d’eau mitigée dont la température est maintenue à sa valeur de consigne au moyen d’une chaudière ou d’un refroidisseur. Ainsi, la chaleur d’une zone climatisée est rejetée dans la boucle d’eau mitigée afin de contribuer à chauffer une autre zone avant d’être expulsée à l’extérieur.

Tirez profit du rendement énergétique élevé de l’aérothermie.

Chauffez et climatisez votre bâtiment à l’aide de pompes à chaleur aérothermiques et profitez de leur coefficient de performance (COP) et de leur taux de rendement énergétique. Par exemple, un équipement avec un COP de 2,5 consomme 1 kWh pour transférer 2,5 kWh de chaleur. En hiver, la pompe à chaleur puise l’énergie de l’air extérieur à l’aide du compresseur et transmet cette énergie au bâtiment. En été, la pompe à chaleur refroidit le bâtiment à l’aide du compresseur et rejette la chaleur à l’extérieur. Règle générale, les pompes à chaleur aérothermiques sont centralisées. Elles se trouvent en amont des réseaux d’eau chaude et d’eau refroidie et fournissent l’énergie aux systèmes de chauffage et de climatisation comme les pompes à chaleur décentralisées, les ventiloconvecteurs et les serpentins de chauffage ou de climatisation. Prenez note que ce type d’équipement ne suffit pas lors de grands froids. Un équipement de chauffage d’appoint est donc indispensable.

Puisez l’énergie à même le sol et réduisez votre consommation liée au chauffage et à la climatisation.

La géothermie vous permet de capter la chaleur du sol ou d’évacuer de la chaleur dans le sol, peu importe les conditions extérieures, grâce à une thermopompe conçue à cet effet. Plusieurs configurations existent pour le chauffage par géothermie. Il y a des pompes à chaleur centralisées qui se trouvent en amont des réseaux d’eau chaude et d’eau refroidie ; elles fournissent l’énergie aux équipements de chauffage et de climatisation comme les ventilo-convecteurs et les serpentins de chauffage ou de climatisation. Il y a aussi des pompes à chaleur décentralisées ; celles-là puisent et rejettent l’énergie dans une boucle d’eau géothermique. Les pompes à chaleur sont alors de type air-eau et sont installées dans la majorité des zones ayant des besoins en chauffage et en climatisation. Cette dernière configuration permet d’échanger l’énergie entre les zones, c’est-à-dire que la chaleur rejetée d’une zone climatisée est acheminée dans la boucle d’eau géothermique et sert à chauffer une autre zone avant d’être évacuée dans le sol.

Bien que l’installation d’un tel système soit plus coûteuse et ne convienne pas à tous les bâtiments, les économies réalisées sont importantes et supérieures à celles que génère l’aérothermie.

Obtenez des résultats impressionnants avec un système de climatisation qui priorise l’échange immédiat d’énergie.

Ce type de système sophistiqué comprend un réseau d’évaporateurs répartis dans le bâtiment, chacun étant régulé par son propre thermostat. Ces évaporateurs sont alimentés par des canalisations de frigorigène. Le système est doté d’un compresseur à vitesse variable relié à une seule et même unité de condensation refroidie à l’air ou à l’eau. De plus, le « cerveau » du système est un contrôleur intelligent qui permet de répartir le frigorigène selon les demandes en chauffage ou en climatisation des zones. Ainsi, une zone climatisée fournira immédiatement la chaleur nécessaire pour chauffer une autre zone. Cet échange instantané d’énergie contribue à la très grande efficacité de ce type de système.

Climatisez votre bâtiment avec les équipements prévus pour le rejet de chaleur et économisez.

Refroidissez votre réseau d’eau glacée sans utilisation du refroidisseur à l’aide des équipements prévus pour le rejet de chaleur du bâtiment, tels que les tours de refroidissement, et faites des économies.

Économisez en installant des appareils ayant un taux de rendement énergétique supérieur à celui des équipements existants.

Réduisez la consommation d’énergie liée à la climatisation du bâtiment en installant un refroidisseur ou une unité de toit ayant un taux de rendement énergétique supérieur à celui des équipements existants.

Installez un refroidisseur avec compresseur à vitesse variable pour pouvoir moduler la consommation d’électricité selon vos besoins.

Lorsque vous opter pour un refroidisseur doté d’un compresseur à vitesse variable, il devient possible d’en moduler la vitesse (et la consommation d’électricité de votre bâtiment) selon vos besoins de refroidissement. Vous pourrez ainsi utiliser le refroidisseur à charge partielle et obtenir un très bon taux de rendement énergétique.

Énergie solaire

Le soleil est une source inépuisable d’énergie, tirez-en profit grâce aux mesures suivantes :

Diminuez votre charge de chauffage en faisant préchauffer l’air par le soleil.

Un mur solaire est une paroi de métal ou de verre perforée installée sur une façade orientée sud-sud-ouest. Cette paroi crée un espace où l’air extérieur s’engage pour y être préchauffé par la chaleur du soleil avant d’entrer dans le bâtiment. Selon les caractéristiques du mur solaire, l’air frais doit ensuite être chauffé par un équipement comme un serpentin ou une thermopompe pour atteindre le point de consigne désiré dans la gaine d’alimentation du système de ventilation. Les parois en verre perforé sont plus efficaces que celles en métal.

Diminuez votre charge de chauffage en faisant préchauffer l’air par le soleil.

Préchauffez l’air frais de vos systèmes de ventilation au moyen de l’énergie solaire. L’installation d’un collecteur solaire sur le toit contribue à réduire l’énergie nécessaire pour le chauffage de l’air frais du bâtiment. Selon les caractéristiques du collecteur solaire, l’air frais doit ensuite être chauffé par un équipement comme un serpentin ou une thermopompe pour atteindre le point de consigne désiré dans la gaine d’alimentation du système de ventilation.

Diminuez votre charge de chauffage en faisant préchauffer l’eau par le soleil.

Installez, sur un toit en plein soleil, un réseau de tuyauterie métallique sous des panneaux qui absorbent la chaleur du soleil. L’eau circulant dans la tuyauterie est ainsi préchauffée par rayonnement. Selon les caractéristiques du chauffe-eau solaire, l’eau chaude sanitaire doit ensuite être chauffée par un chauffe-eau standard pour atteindre le point de consigne désiré.

Enveloppe du bâtiment

Si vous comptez faire des rénovations majeures sur tout ou partie de l’enveloppe de votre bâtiment, pensez aussi à en améliorer l’efficacité. Vous en profiterez à moyen terme, et les occupants jouiront d’un plus grand confort.

Optez pour une enveloppe efficace afin de réduire les coûts de chauffage et de climatisation.

Réduisez les impacts des conditions extérieures sur votre bâtiment grâce à une enveloppe efficace. Des murs et des toits de bonne qualité ayant une excellente résistance thermique permettent de diminuer les pertes de chaleur en hiver et les pertes de fraîcheur en été. Choisissez un vitrage double ou triple avec argon pour obtenir une meilleure résistance thermique, un faible coefficient d’absorption du rayonnement solaire en été et une étanchéité supérieure. Vous pourrez ainsi éviter les fuites d’air et réduire de façon substantielle les coûts de chauffage et de climatisation.

Des questions ?
Un projet dont vous voulez discuter ?

Nous joindre  Nous joindre

Confirmation de consentement à recevoir les courriels
Afin de continuer à recevoir nos courriels commerciaux, veuillez cliquer ici. Sans votre consentement, nous ne pouvons pas vous les acheminer.