Chaque espèce répertoriée par l’outil est accompagnée d’une somme d’informations. Voici une description des renseignements présentés : catégories utilisées, hypothèses retenues, etc.

Noms latin, français et anglais

Le nom latin sert à identifier la plante, car c’est lui qui est le plus systématique et universel. L’outil donne également le ou les noms courants de la plante en français et en anglais.

Plus d’information sur les noms latins utilisés en botanique

Conifère ou feuillu

Par conifère, on entend les arbres et arbustes dont les graines se présentent sous forme de cônes et dont les feuilles sont généralement en forme d’aiguilles ou d’écailles. Les feuillus sont généralement définis par opposition aux conifères, ils perdent leurs feuilles en automne et ont des feuilles généralement plates et bien développées.

Veuillez noter que les quelques plantes herbacées répertoriées par l’outil sont classées avec les feuillus.

Distance de plantation sécuritaire

Savoir reconnaître un fil moyenne tension

Comment mesurer la distance de plantation sécuritaire

La distance de plantation sécuritaire donnée par l’outil pour une espèce tient compte de la largeur et de la hauteur maximales de la plante à maturité, d’une marge de sécurité et de facteurs de risque comme la sensibilité de la plante au vent ou à la glace. Elle est calculée pour un terrain plat et un fil moyenne tension.

Si votre terrain est en pente, il y a lieu de corriger légèrement la distance de plantation sécuritaire, surtout lorsque le lieu de plantation est plus haut que le sol à la base des poteaux ; il est alors recommandé d’augmenter la distance de plantation sécuritaire de la même valeur que la différence de niveau du sol.

Le fait qu’un arbre ou un arbuste respecte la distance de plantation sécuritaire ne garantit pas que nous n’aurons jamais besoin de l’élaguer pour dégager des fils moyenne tension. Cependant, il est certain que de telles interventions seront minimes... s’il y en a.

Dimensions à maturité

Une illustration présente l’allure typique de l’arbre ou de l’arbuste à maturité, dans un contexte de croissance libre. Afin d’illustrer également l’échelle de la plante, un personnage est présenté à proximité de celle-ci ainsi que, dans certains cas, un poteau de ligne de distribution.

Pour diverses raisons, comme la présence d’autres plantes, des tailles de formation ou des dommages dus au climat, le spécimen que vous plantez n’aura peut-être pas exactement la taille ou la forme présentée.

Les valeurs de hauteur et de largeur répertoriées dans l’outil Choisir le bon arbre ou arbuste sont des indications fondées sur le développement maximal observé ou présumé pour le Québec ; il est toujours possible qu’une plante, dans des conditions propices, croisse au-delà du maximum indiqué. Toutefois, c’est plus souvent l’inverse qui se produit, les arbres et arbustes étant rarement plantés dans des conditions optimales de croissance. Par ailleurs, dans le cas des grands arbres, par exemple, les dimensions indiquées ne sont atteintes qu’après 20 ou 30 années de croissance, voire davantage.

Caractéristiques

Ce bloc présente des renseignements généraux sur la plante.

Famille

Il peut être intéressant de connaître la famille végétale d’une plante ; les botanistes, par exemple, pourront en déduire des traits de la plante qui seraient communs à la famille à laquelle elle appartient.

Zone de rusticité

Les zones de rusticité sont des régions répertoriées par Agriculture Canada selon leur climat, à partir notamment des températures minimales moyennes. Elles permettent de classer les plantes selon leur résistance aux froids de l’hiver et de connaître les endroits où leur croissance sera satisfaisante.

Une valeur de zone de rusticité inférieure se traduit par une plus grande résistance au froid. Ainsi, la zone de rusticité d’une espèce correspond à la zone la plus au nord dans laquelle il est conseillé de la planter. Par exemple, une plante dont la zone de rusticité est 3b peut être plantée dans toutes les zones de valeur égale ou supérieure (3b, 4a, 4b, 5a et 5b).

À l’intérieur d’une zone, il peut exister des conditions climatiques plus ou moins favorables, des microclimats, qui sont dus par exemple à une meilleure exposition au soleil ou à une protection accrue aux vents, ou, au contraire, à un facteur de refroidissement éolien supérieur.

Rappelons que ce sont généralement les gelées qui sont les plus dommageables aux végétaux, car elles portent atteinte à des organes à un moment où ils sont en activité.

Pour connaître la zone de rusticité d’un lieu, consultez la carte interactive d’Agriculture Canada

Forme

La forme donne une indication sur le développement de la plante.

Généralement, les arbustes ont des branches qui partent dès la base, alors que les arbres ont souvent un tronc qui se dégarnit, surmonté d’une couronne. Cette description ne s’applique cependant pas à tous les cas, et elle ne fait pas l’unanimité. Ces termes désignent mieux une échelle de taille, même si elle est assez arbitraire et varie largement d’un auteur à l’autre.

Dans l’outil Choisir le bon arbre ou arbuste, les critères de classement retenus sont les suivants :

  • grimpant – plante qui croît le long d’un support (treillis, pergola, etc.) ;
  • arbuste rampant et petit arbuste – plante ligneuse de moins de 1,5 m ;
  • arbuste – plante ligneuse de 1,5 m à moins de 4 m ;
  • arbrisseau – plante ligneuse de 4 m à moins de 6 m ;
  • petit arbre – plante ligneuse de 6 m à moins de 13 m ;
  • arbre moyen – plante ligneuse de 13 m à moins de 20 m ;
  • grand arbre – plante ligneuse de 20 m et au-delà.

Exposition à la lumière

Les indications sur l’exposition traduisent la réaction de la plante au soleil. La tolérance à la lumière augmente généralement avec l’âge. Cependant, des plantes exposées brusquement au soleil réagissent souvent mal. Les critères d’exposition retenus dans l’outil sont les suivants :

  • soleil – plus de 8 heures d’ensoleillement par jour ;
  • mi-ombre – de 4 à 8 heures d’ensoleillement par jour ;
  • ombre – de 2 à 4 heures d’ensoleillement par jour.

Vitesse de croissance

La vitesse de croissance donnée n’est qu’une indication. De plus, cette vitesse est relative : elle sert d’abord à comparer les plantes entre elles. Bien entendu, certains végétaux croîtront plus ou moins rapidement que ce qui est indiqué par l’outil, selon le milieu dans lequel ils sont plantés.

Aspect

L’aspect donne des indications quant au port et à la forme de la plante.

Enracinement

Le type d’enracinement est une indication intéressante dont on ne tient pas toujours suffisamment compte dans le choix d’un arbre. En effet, une plante dont l’enracinement est superficiel et puissant est à déconseiller à proximité d’une maison ou d’une terrasse, par exemple. Cependant, elle peut se satisfaire d’un sol mince.

Si l’enracinement est profond – pivotant – il est préférable d’opter pour la transplantation en motte ou de sujets très jeunes, car la reprise est souvent plus délicate. Ces arbres se développent aussi plus harmonieusement dans des sols relativement profonds.

Un arbre ou un arbuste qui drageonne beaucoup pourra se propager rapidement, comblant plus vite un espace, mais il peut devenir envahissant.

Feuilles

La forme des feuilles est caractérisée par, tout au plus, trois adjectifs. Un commentaire peut servir à préciser la description et à donner quelques indications sur la rapidité de la feuillaison et la coloration du feuillage en saison ou à l’automne.

L’abondance des feuilles qui tombent à l’automne est liée à la taille de la plante. Certaines espèces peuvent aussi perdre leurs feuilles plus tôt ou plus tardivement, et sur une période plus ou moins courte ou longue, ce qui peut également influencer le temps de ramassage. Cependant, divers éléments – climatiques notamment – agissent sur cette durée, rendant les pronostics difficiles. Les conifères sont éventuellement moins incommodants, la chute de leurs feuilles est saisonnière mais le volume de feuilles perdues est beaucoup plus faible, les feuilles ayant une durée de vie de 3 à 7 ans.

Fleurs

Quatre paramètres décrivent les fleurs de la plante : le type, la couleur, l’odeur et la saison de floraison.

Fruits

Cinq paramètres décrivent les fruits de la plante : le type et la couleur des fruits, l’importance et la saison de la fructification ainsi que l’utilisation éventuelle par des animaux, les oiseaux en particulier.

Les arbres qui portent des fruits en abondance peuvent parfois être dérangeants lorsque ceux-ci tombent au sol et qu’ils sont écrasés, ce qui peut nécessiter un travail de nettoyage. Plusieurs arbres sont dits dioïques, c’est-à-dire que les fleurs femelles et les fleurs mâles sont portées par des individus différents. Comme seuls les arbres femelles portent des fruits, ceci peut avoir quelques effets pratiques :

  • on peut planter un individu mâle de l’arbre si on ne veut pas supporter les désagréments liés aux fruits ;
  • si on veut profiter des fruits de l’arbre, il faut planter un individu femelle et s’assurer de la proximité d’individus mâles pour la pollinisation.

Sol

Le sol peut être plus ou moins propice au développement d’une espèce. Six facteurs importants servent à le caractériser : le type, la texture, l’humidité et le pH, ainsi que la résistance au compactage et aux sels de déglaçage.

Type de sol

Les préférences de l’espèce sont décrites brièvement.

Humidité du sol

La préférence de la plante pour des conditions d’humidité particulières est donnée par un ou plusieurs des qualicatifs suivants :

  • élevée – la plante peut tolérer des excès, mais préférera sans doute des conditions proches de la normale ;
  • moyenne – la disponibilité de l’eau doit être suffisante toute l’année ;
  • faible – la plante ne peut tolérer un excès d’eau.

Texture du sol

L’outil précise les différentes textures de sol dans lesquelles la plante peut croître. La texture a été catégorisée selon les qualificatifs suivants : argileuse, loameuse, sablonneuse, humifère.

La texture du sol influence directement les conditions de drainage ou d’humidité, puisque l’eau s’infiltre rapidement dans un sol sablonneux, plus lentement dans un sol loameux et lentement dans un sol argileux.

La meilleure disponibilité en eau est généralement donnée par les sols loameux, quoiqu’elle soit pondérée par des éléments comme la pente ou la profondeur du sol et de la nappe phréatique.

pH

Une indication est donnée quant à la plage de pH du sol que la plante préfère. L’échelle suivante est utilisée :

  • très acide ;
  • acide ;
  • légèrement acide ;
  • neutre ;
  • légèrement alcalin ;
  • alcalin ;
  • très alcalin.

Tolérance au compactage

La tolérance au compactage correspond à la résistance de la plante au piétinement du sol par le passage répété d’engins ou de piétons ; elle est précisée lorsqu’elle est connue.

Tolérance au sel de déglaçage

La tolérance au sel de déglaçage correspond à la résistance de la plante au sel d’épandage utilisé pour l’entretien de la voirie en hiver ; elle est mentionnée lorsqu’elle est connue.

Entretien, usages et remarques

Taille

Certaines espèces ou variétés peuvent bénéficier de différentes tailles qui ont pour but de maintenir ou d’améliorer leur aspect ou leur vitalité. Les tailles proposées sont recommandées, mais nullement essentielles.

Usages

Les usages correspondent aux emplois les plus courants de l’espèce, qui peuvent aller de la naturalisation d’espaces réaménagés à la plantation isolée dans un jardin pour mettre en évidence un caractère décoratif de la variété. Un commentaire peut accompagner la liste des usages.

Remarques

Toute information complémentaire non traitée ailleurs est précisée ici, par exemple le milieu de croissance de la plante, certaines de ses sensibilités, ou des qualités particulières.

Maladies et insectes

Les maladies et les insectes les plus courants qui sont à l’origine de dépérissements ou de déformations de l’espèce sont présentés. Certaines des attaques peuvent être très virulentes, comme la maladie de l’orme ou la brûlure bactérienne. Avec certaines espèces plus susceptibles, le risque de rencontrer des problèmes sanitaires peut être élevé ; il existe quelquefois des variétés qui ont été sélectionnées pour leur meilleure résistance, et qui sont donc recommandées.

Variétés horticoles

S’il existe des variétés comparables à l’espèce décrite, elles peuvent être présentées ici, accompagnée d’un bref commentaire descriptif. Certaines de ces variétés peuvent également être décrites dans l’outil.