Réponses à vos questions

Le projet de ligne

Où en est le projet ?

Le projet progresse dans le respect des échéanciers. Les travaux de déboisement sont terminés. La construction de la ligne a commencé dans plusieurs secteurs du Saguenay–Lac-Saint-Jean, de la Mauricie, de Lanaudière et de Montréal.

Pourquoi ce projet est-il nécessaire ?

Hydro-Québec a l’obligation d’assurer la fiabilité et la sécurité du réseau de transport d’électricité. Le réseau évolue sans cesse en fonction des différentes demandes de transport et de l’augmentation de la consommation, et les lignes de transport à 735 kV sont de plus en plus sollicitées.

Dans la région du Saguenay—Lac-Saint-Jean, à la hauteur des postes de la Chamouchouane et du Saguenay, quatre lignes de transport arrivent du nord (de la Baie-James d’un côté et de la Côte-Nord de l’autre) et seulement trois se dirigent vers le sud. Cette situation crée un effet d’entonnoir sur le réseau, limitant la capacité à répondre à la demande de transport de puissance vers le sud, soit vers les centres de consommation.

Zone de convergence des corridors de transport d’énergie de la Baie-James et de la Côte-Nord.

La solution optimale pour maintenir le niveau de fiabilité du réseau est la construction d’une nouvelle ligne de transport pour relier le réseau électrique du nord-est du Québec à la boucle métropolitaine.

La planification du réseau tient compte notamment des nouvelles sources de production en provenance du complexe de la Romaine et des parcs éoliens retenus lors du 2e appel d’offres de 2005. L’ajout de cette nouvelle production aura pour effet d’augmenter le transit nord-sud sur le réseau et d’empirer l’effet d’entonnoir autour des postes de la Chamouchouane et du Saguenay.

Par ailleurs, le projet de la Chamouchouane–Bout-de-l’Île permettra de réduire considérablement les pertes électriques sur le réseau de transport, de renforcer le réseau principal et d’augmenter la flexibilité d’exploitation de ce dernier au bénéfice de l’ensemble de la clientèle.

Quelles seront les retombées économiques de ce projet ?

Les retombées économiques du projet au Québec sont estimées à 1,1 milliard de dollars, ce qui représente plus de 80 % des investissements requis.

Le projet créera l’équivalent de plusieurs centaines d’emplois à temps plein, sur une période de 5 ans. À la pointe des travaux, de 2017 à 2018, plus de 1 500 travailleurs seront à l’œuvre.

Le projet à 735 kV de la Chamouchouane–Bout-de-l’Île contribuera également à l’activité économique régionale.

De manière générale, les retombées économiques régionales représentent entre 10 % et 15 % de la valeur d’un projet de ligne de transport.

Aucun campement ne sera aménagé le long de la ligne. Les travailleurs se logeront près de leur lieu de travail pendant le déboisement et la construction, ce qui contribuera à favoriser les retombées économiques dans les régions touchées.

Est-ce que d’autres mesures sont prévues pour appuyer le développement des communautés concernées ?

Hydro-Québec tient à ce que ses projets s’intègrent harmonieusement dans leur milieu d’accueil et à ce que leur réalisation soit une occasion de participer activement au développement des communautés concernées. C’est pourquoi elle a mis sur pied le Programme de mise en valeur intégrée (PMVI).

Ainsi, pour tous les nouveaux projets de transport d’énergie auxquels s’applique ce programme, Hydro-Québec verse aux organismes admissibles un montant équivalent à 1 % de la valeur initialement autorisée des nouvelles installations visées par le PMVI.

Quelles sont les composantes du projet ?

Ce projet comprend trois composantes essentielles :

  • La construction d’une nouvelle ligne de transport à 735 kV de 400 km de longueur entre le poste de la Chamouchouane, à La Doré, au Lac-Saint-Jean, et le futur poste Judith-Jasmin, à Terrebonne.
  • La construction du poste Judith-Jasmin à 735-120-25 kV.
  • La déviation d’un tronçon de ligne existante à 735 kV (circuit 7017) sur une longueur de 19 km. Cette ligne alimentera le poste du Bout-de-l’Île à Montréal.

Le type de pylônes variera en fonction de l’utilisation du territoire traversé. De façon générale, les pylônes seront de type haubané dans la partie nord et de type rigide dans sa partie sud.

Pour en savoir plus sur les types de pylônes :
www.hydroquebec.com/comprendre/transport/types-pylones.html

Quelles sont les grandes étapes de construction d’une ligne ?

La construction d’une ligne à 735 kV se déroule en plusieurs étapes.

  1. Le déboisement
    Le déboisement consiste à abattre les arbres présents dans l’emprise de la ligne et dans les chemins temporaires. En terres publiques, ce travail est confié à des entrepreneurs, alors qu’en terres privées, le travail peut aussi être confié aux propriétaires. En terres publiques, l’abattage est suivi de la récupération du bois marchand, qui est envoyé vers des scieries locales. En terres privées, le bois coupé appartient au propriétaire.
  2. L’aménagement des accès
    Le déboisement nécessite l’amélioration des chemins existants au besoin et l’aménagement de chemins temporaires qui seront également utilisés pendant la construction de la ligne. Dans la mesure du possible, les chemins temporaires sont aménagés dans l’emprise tout en assurant la protection des éléments sensibles (ex. : milieux humides, traversée de cours d’eau). Comme certains chemins sont déjà fréquentés, Hydro-Québec prend toutes les mesures pour favoriser une utilisation conjointe et sécuritaire. En terres privées, l’entreprise négocie des accès temporaires avec les propriétaires visés.
  3. La mise en place des fondations des pylônes
    Cette étape exige des travaux d’excavation, de remblayage et de nivellement. Les fondations varient selon le type de pylône, la nature du sol et la profondeur du socle rocheux.
  4. L’assemblage des pylônes et le déroulage des conducteurs
    Cette étape comprend plusieurs activités : assemblage des pylônes au sol, levage des pylônes, installation des chaînes d’isolateurs, pose des conducteurs et des câbles de garde. Ce travail est réalisé par différents corps de métiers.
  5. La remise en état des lieux
    Cette dernière étape de la construction comprend le nettoyage des aires de travail, le nivelage et le reprofilage du terrain, le comblement des ornières, l’ensemencement des aires de travail autour des pylônes et la remise en état des infrastructures (ex. : routes, ponts et ponceaux, clôtures, etc.). En terres privées, une visite du terrain est effectuée avec le propriétaire pour s’assurer que les travaux de remise en état ont été réalisés à sa satisfaction.

    Pour en savoir plus sur les étapes de construction d’une ligne : www.hydroquebec.com/comprendre/transport/construction-ligne.html

Quand se dérouleront les travaux de construction ?

Le déboisement et la construction des lignes s’échelonneront sur trois années, et le projet en cours sera réalisé sur le territoire de cinq régions administratives.

Pour la construction, toutefois, le projet sera divisé en six sections de lignes qui ont chacune un échéancier de déboisement et de construction distincts, comme le montre la carte.

Le déboisement débutera en août 2015 avec les sections 1 et 3 et se poursuivra jusqu’en février 2017 selon les sections visées. Le début de la construction des lignes est prévu en 2016 en vue d’une mise en service à la fin de 2018.

Les travaux de construction du nouveau poste Judith-Jasmin ont débuté en avril 2016 et font l’objet de communications spécifiques. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter la page Web du poste Judith-Jasmin.

Qui assurera la surveillance du chantier ?

Hydro-Québec assurera la surveillance du chantier. Elle veillera au respect des exigences techniques, environnementales et de sécurité relatives à l’ensemble des travaux. Des mesures particulières visant à atténuer les impacts des travaux seront mises en place et contribueront à la cohabitation harmonieuse du chantier avec l’ensemble des usagers du milieu, tant en terres publiques qu’en terres privées.

La circulation de machinerie lourde sera-t-elle importante ?

La circulation de machinerie lourde est à prévoir principalement pour l’exécution des travaux de déboisement et d’excavation, ainsi que lors de la construction des fondations des pylônes.

Pour les étapes de montage des pylônes et d’installation des câbles, la circulation de machinerie lourde sera sporadique et localisée.

Une signalisation appropriée pour les usagers des voies publiques occupées par le chantier sera installée.

Des interruptions du service électrique sont-elles prévues pendant les travaux ?

Aucune interruption du service électrique n’est prévue pendant les travaux.

De quelle façon informerez-vous les publics concernés du début et de l’avancement des travaux ?

Des bulletins info-travaux seront transmis aux organismes du milieu concernés par le projet, ainsi qu’aux propriétaires et résidants des secteurs les plus près des sites de construction.

Des informations sur l’avancement des travaux et des photos seront également mises en ligne sur ce site internet

Finalement, dans chaque région, la ligne Info-projets demeurera disponible en tout temps.

Comment est-il possible d’assurer la sécurité des utilisateurs de VTT et de motoneige pendant les travaux ?

Pendant les travaux, la sécurité des utilisateurs de VTT et de motoneige sera assurée par une signalisation adéquate et par l’application de mesures particulières (signalisation, balisage, déneigement adéquat) permettant une cohabitation harmonieuse quand les chemins de VTT et de motoneige empruntent des chemins forestiers carrossables pendant les travaux.

Réaliserez-vous des travaux pendant la période de chasse ?

Dans les zones d’exploitation contrôlées (zec ou pourvoirie), les travaux de construction de la ligne sont généralement arrêtés pendant deux semaines tandis qu’ils sont généralement arrêtés pendant une semaine à l’extérieur de ces territoires. Voici les dates des périodes d’arrêt prévues en 2017 et 2018.

Section 1 : chasse à l’orignal

  • Sur le territoire de la zec La Lièvre : 23 septembre au 13 octobre 2017
  • À l’extérieur du territoire de la zec La Lièvre : 23 au 30 septembre 2017

Section 2 : chasse à l’orignal

  • Sur les territoires de la zec du Gros Brochet, de la zec Chapeau-de-Paille et de la Pourvoirie Duplessis : 7 au 22 octobre 2017
  • À l’extérieur du territoire de la pourvoirie ou des zones d’exploitation contrôlées : 7 au 14 octobre.

Section 3 : chasse à l’orignal

  • Sur le territoire de la zec Chapeau-de-Paille : 7 au 22 octobre 2017
  • Sur le territoire de la zec Collin (zone de chasse 15-Est) : 7 au 15 octobre 2017
  • Sur le territoire de la Pourvoirie du Milieu, entre les pylônes 70 et 90 : 7 au 15 octobre 2017
  • À l’extérieur du territoire de la pourvoirie ou des réserves fauniques : 7 au 14 octobre 2017

Section 4 : chasse à l’orignal

  • Sur le territoire de la zec Collin et de la zec Lavigne (zone de chasse 15-Est) : 7 au 15 octobre 2017, pendant la chasse à l’arme à feu et pendant la période similaire au cours de l’automne 2018.
  • En terres publiques, à l’extérieur des territoires fauniques structurés (zec, pourvoiries) : 7 au 14 octobre 2017

Sections 4 et 5 : chasse au cerf de Virginie

  • Arrêt des travaux entre le 4 et le 17 novembre 2017 (zone de chasse 9-Est) et pendant la période similaire au cours de l’automne 2018.

Pour plus d’information, nous vous invitons à rejoindre un membre de notre équipe grâce à la ligne info-projet de la région concernée.

Quels sont les emplois disponibles ?

Dans un tel projet de transport d’électricité, les principales catégories d’emplois au chantier sont :

  • La main-d’œuvre pour les contrats de déboisement et la réfection des chemins
  • Les opérateurs de machinerie
  • Les assembleurs
  • Les monteurs
  • Les contremaîtres
  • Les journaliers

Il est important de savoir que Hydro-Québec est le donneur d’ouvrage du chantier : la grande majorité des emplois sont offerts par les entrepreneurs qui se font octroyer des contrats.

Contrats en cours et à venir

Pour plus d’information sur les contrats attribués, consultez la section "Contrats en cours et à venir".

Avec qui pouvons-nous communiquer si nous avons des préoccupations ou des questions pendant les travaux ?

Il est possible de nous joindre en tout temps, soit en utilisant la ligne Info-projets, soit en communiquant avec la conseillère – Relations avec le milieu responsable de votre région.

Documentation et personnes-ressources