Consultation publique

Démarche de participation du public

Hydro-Québec croit en l’importance d’informer et de consulter les publics concernés par ses projets. Soucieuse de l’accueil favorable de son projet de ligne à 120 kV du Grand-Brûlé–Dérivation Saint-Sauveur par le milieu, l’entreprise a mis en œuvre, dès le mois de juin 2012, une démarche de participation du public sincère et attentive afin que les publics concernés puissent s’exprimer et contribuer à l’élaboration du meilleur projet possible pour la région.

À ce jour, plus de 95 occasions d’échanges ont été proposées aux élus, aux gestionnaires, aux représentants des divers organismes du milieu, aux propriétaires et aux citoyens concernés par le projet afin de recueillir leurs avis et de répondre à leurs besoins d’information.

Hydro-Québec a également mis en place en décembre 2013 un comité technique régional dans le but de faire évoluer le projet. Ce comité était composé de spécialistes en aménagement du territoire, en environnement, en paysage et en ingénierie délégués par les instances municipales concernées (municipalités et MRC), la Conférence régionale des élus des Laurentides – Projet Paysages Laurentides, le Conseil régional de l’environnement des Laurentides et Hydro-Québec.

Le mandat consistait à examiner des scénarios pour répondre à la croissance de la demande en électricité dans les MRC des Pays-d’en-Haut et des Laurentides et à recommander une ou plusieurs solutions visant un projet de moindre impact et conciliant les intérêts, les préoccupations et les obligations des différentes parties concernées.

Après neuf rencontres, les travaux du comité technique régional (CTR) se sont complétés en octobre 2014. À la suggestion des membres du comité technique régional, un tracé optimisé a été élaboré et présenté. Ce tracé optimisé intègre à la fois les suggestions d’optimisation issues des travaux du CTR et des consultations citoyennes menées à l’étape de l’information-consultation sur les variantes de tracé étudiées réalisées à l’hiver 2013.

Des projets en collaboration avec les collectivités concernées

Information générale

À l’été et à l’automne 2012, Hydro-Québec a rencontré les représentants officiels des collectivités concernées par ce projet de ligne afin de leur présenter la nature et la justification du projet, la zone d’étude sur laquelle porteraient les études et les analyses techniques et environnementales ainsi que la démarche de participation du public entreprise. À cette étape, plus de vingt rencontres ont permis de connaître les attentes et les préoccupations du milieu de façon à ce que le projet soit adapté le mieux possible aux réalités locales. Un premier bulletin d’information générale [pdf] a été distribué pendant ces rencontres.

Information-consultation sur les variantes de tracé étudiées

L’équipe de projet a suscité plus de cinquante occasions d’échanges afin de rencontrer tous les publics concernés par les trois variantes étudiées de même que la variante préférable issue de leur comparaison selon des critères techniques, économiques, environnementaux et paysagers.

Hydro-Québec a accepté de prolonger cette étape de consultation de plusieurs mois pour répondre aux besoins d’information du milieu, considérer et étudier d’autres scénarios d’alimentation électrique proposés par la municipalité de Saint-Adolphe-d’Howard et intégrer les préoccupations et les avis exprimés, en vue de proposer une solution régionale de moindre impact.

Pour consulter la carte des variantes de tracé étudiées [pdf — 6,3 Mo]

Bilan des activités portes ouvertes réalisées en mars 2013

Information-consultation sur le tracé optimisé

Hydro-Québec s’était engagée le 30 mai 2014 par voie de communiqué à consulter à nouveau les publics concernés par le projet après que le comité technique régional (CTR) ait complété ses travaux.

Ainsi, après avoir favorisé les discussions avec les spécialistes du milieu en vue de proposer une solution régionale de moindre impact, l’entreprise a organisé une série de rencontres dès la mi-octobre 2014 avec les élus des Laurentides, les propriétaires touchés par le tracé optimisé, les citoyens et les organismes du milieu. Au total, plus de 25 occasions d’échanges avec les publics concernés ont été organisées par l’équipe de projet.

Plusieurs outils de communication ont été diffusés à cette étape dont :

Information sur la solution retenue

19 juin 2015 - Hydro-Québec a partagé avec les représentants des communautés de la région des Laurentides le scénario de moindre impact pour le projet du Grand-Brûlé–Dérivation Saint-Sauveur. Le tracé de cette ligne à 120 kV, rendue nécessaire en raison de la forte croissance de la demande en électricité, a été élaboré au terme de trois années d’études techniques et environnementales et à la suite d’une démarche complète de participation du public comprenant plus de 95 rencontres.

Les avis reçus ont bonifié le projet.

Pour développer le tracé de moindre impact, Hydro-Québec a travaillé en étroite collaboration avec les experts de la région et a maintenu des échanges constructifs avec les citoyens :

  • 11 scénarios d’alimentation électrique ont été étudiés y compris ceux proposés par le comité aviseur de Saint-Adolphe-d’Howard et les spécialistes engagés par cette municipalité
  • 4 variantes de tracé ont fait l’objet d’une analyse comparative, dont celle proposée par la MRC des Pays-d’en-Haut
  • Les corridors existants de lignes de transport d’énergie ont été utilisés sur plus de 55 % de la longueur
  • Une nouvelle catégorie de pylônes, plus compacts et moins hauts, a été développée
  • La largeur des nouveaux corridors a été réduite, minimisant ainsi le déboisement
  • Le positionnement des pylônes a été ajusté à maintes reprises
  • L’impact visuel de la ligne sur le paysage a été atténué
  • Le tracé de la ligne a été modifié à plusieurs endroits, notamment pour l’éloigner des milieux sensibles

Hydro-Québec a déployé tous les efforts nécessaires pour obtenir les commentaires du milieu et en a tenu compte pour améliorer le projet initialement proposé. Le tracé retenu est d’ailleurs le seul qui permet d'éviter le milieu bâti et l’expropriation de résidences.