Études environnementales et localisation du tracé

Le choix d’un tracé de moindre impact

Dès le début de l’avant-projet, Hydro-Québec a délimité une large zone d’étude de 793 km2, afin d’avoir la meilleure connaissance possible du territoire.

Puis, les équipes spécialisées en environnement ont réalisé un inventaire sommaire de la zone d’étude pour déterminer des corridors favorables à l’implantation de la ligne souterraine. Une fois ces corridors déterminés, des tracés potentiels ont pu être étudiés.

Pour l’élaboration des tracés potentiels, Hydro-Québec a notamment favorisé les critères suivants :

  • Longer un axe linéaire existant (route, voie ferrée), afin de limiter les impacts sur les propriétés.
  • Pouvoir accéder facilement au chantier, pour limiter les inconvénients.
  • Préserver le plus possible les boisés.
  • Limiter les impacts sur la population pendant les travaux de construction.

Par ailleurs, dans le cadre d’un projet de ligne souterraine, bien que des considérations environnementales soient toujours prises en compte, les considérations techniques sont importantes (espace sous terre, présence d’autres infrastructures, distances à respecter, etc.). Les impacts environnementaux sont surtout liés à la période des travaux de construction.

En tenant compte de l’ensemble de ces critères, ainsi que des résultats préliminaires des inventaires environnementaux, Hydro-Québec a étudié quelques tracés potentiels.

Un de ces tracés, qui comprenait deux variantes dans sa partie sud, se distinguait nettement des autres. Il a été présenté lors des activités de consultation publique qui se sont déroulées entre les mois de mai et de juillet 2013.

Par la suite, la réalisation d’inventaires environnementaux détaillés, la poursuite des activités d’ingénierie ainsi que le résultat des consultations publiques du printemps et de l’été 2013 ont permis à Hydro-Québec de déterminer le tracé de ligne de moindre impact.

Ce tracé a une distance totale de 58 km :

  • Dans la partie nord du tracé, la ligne emprunte l’emprise de la ligne à 735 kV Hertel-Châteauguay sur une distance de 13 km.
  • En bordure de l’autoroute 15, du côté est, la ligne sera construite dans l’emprise du ministère des Transports du Québec (MTQ), sur une distance de 32,5 km. L’emplacement exact de la ligne sera déterminé en collaboration avec le MTQ.
  • Au sud, à Saint-Bernard-de-Lacolle et à Lacolle, on a d’abord étudié deux variantes de tracé pour rejoindre la frontière canado-américaine.

    La première variante utilisait l’emprise de la montée Guay.

    La seconde variante utilisait les emprises des routes 202 et 221.

Cependant, en fonction des données recueillies, des activités de consultation publique réalisées et des commentaires reçus, Hydro-Québec a ajouté en juillet 2013 une troisième variante à son analyse.

Cette variante emprunte successivement les emprises de la route 202, du rang Saint-Georges, du rang Edgerton et de la route 223.

Après analyse, il appert que cette troisième variante de 12,5 km constitue la variante de moindre impact. La largeur des emprises, la nature du sol et la faible circulation automobile facilitent l’implantation de la ligne.

Carte du tracé retenu [pdf — 2,2 Mo]

Le tracé retenu a été présenté lors des activités de consultation publique qui ont eu lieu en août et en septembre 2013.

Plus sur la consultation publique dans le cadre d’un processus de communication

Point de traversée

Le point de traversée à la frontière canado-américaine, qui permettra de relier la ligne au projet Champlain Hudson Power Express aux États-Unis, a également fait l’objet d’une analyse basée sur des critères techniques, environnementaux et économiques.

Ce point de traversée sera situé à la jonction de la route 223 au Québec et de la route 11, dans l’État de New York.

À l’endroit où les câbles souterrains traverseront la frontière, il n’y aura aucun équipement ou point de repère visible à la surface du sol.