Questions-réponses

Pourquoi ce projet est-il nécessaire?

Hydro-Québec projette de construire à Saint-Eustache un poste à 315-25 kilovolts (kV) ainsi qu’une ligne d’alimentation à 315 kV en vue de faire face à la croissance soutenue des villes de Saint-Eustache, de Deux-Montagnes et de Sainte-Marthe-sur-le-Lac. Les postes de La Trappe, à Oka, et de Saint-Eustache qui alimentent ce secteur ne disposent plus de la capacité et de la fiabilité nécessaires pour soutenir le développement urbain.

Quelles sont les caractéristiques techniques du projet ?

Le nouveau poste des Patriotes serait situé sur le boulevard Albert-Mondou, dans la zone industrielle de Saint-Eustache. L’emplacement retenu est situé à l’ouest des installations de la société Adesa Montréal et au sud de l’emprise ferroviaire du Réseau de transport métropolitain (RTM). Au moment de sa construction, le poste des Patriotes comportera trois transformateurs abaissant la tension de 315 à 25 kV qui permettront de desservir la clientèle. Un autre transformateur pourra être ajouté ultérieurement afin de suivre le développement de la MRC de Deux-Montagnes. La superficie du poste est de 32 000 m2.

Une nouvelle ligne à 315 kV de 5,2 km alimentera ce poste. Elle sera raccordée à une ligne à 315 kV existante située au nord du boulevard Arthur-Sauvé. La nouvelle sera entièrement située à l’intérieur des limites du territoire agricole de Saint-Eustache. La ligne sera principalement composée de pylônes à treillis à encombrement réduit, conçus pour réduire la perte de superficie cultivée en milieu agricole. Des pylônes à quatre pieds (tétrapodes) sont prévus aux changements de direction de la ligne.

Veuillez consulter le bulletin d’information pour visualiser le tracé et l’emplacement de poste retenu ainsi que les types de pylônes qui seront utilisé.

Hydro-Québec a-t-elle étudié d’autres scénarios pour répondre à la croissance de la demande en électricité de la région ?

Hydro-Québec a étudié trois scénarios électriques pour répondre à la croissance soutenue des villes de Saint-Eustache, de Deux-Montagnes et de Sainte-Marthe-sur-le-Lac. Le scénario retenu permettra d’améliorer la qualité du service offert aux clients d’Hydro-Québec établis dans le secteur visé et de soutenir la croissance de la région au-delà de 2060.

Les autres scénarios étudiés n’étaient pas optimaux sur le plan de la configuration du réseau de distribution.

Est-ce qu’Hydro-Québec a consulté la population au sujet de ce projet ?

Les activités d’information et de consultation sur le projet se sont déroulées de juin 2015 à septembre 2017. Hydro-Québec a créé plusieurs occasions d’échanges avec les élus, les gestionnaires, les représentants les divers organismes du milieu, les propriétaires et les citoyens concernés, soit :

  • des rencontres ont été organisées avec les élus et gestionnaires municipaux représentant les résidents ainsi qu’avec les organismes locaux et régionaux;
  • des bulletins d’information, des envois postaux, des publireportages dans les journaux locaux, des publications dans les médias sociaux, et des communiqués de presse ont été diffusés aux étapes clés du projet;
  • des activités de consultation du public, notamment des activités de type portes ouvertes, ont été tenues en mars 2017. Un formulaire d’avis et un sondage en ligne permettaient d’exprimer son avis;
  • le public peut obtenir plus d’information au sujet du projet grâce à la ligne Info-projets (ligne téléphonique sans frais).

Les activités de consultation des organismes du milieu, des propriétaires touchés et de la population riveraine des variantes du tracé ont permis de mieux comprendre les réalités locales et les enjeux liés au développement urbain, au paysage, au dynamisme agricole et à l’agrotourisme.

Au terme d’études techniques et environnementales, Hydro-Québec a présenté deux variantes (A et B) du tracé de ligne et deux emplacements possibles pour le poste afin de recueillir les préoccupations du milieu. C’est la variante B du tracé qui a été la mieux accueillie, mais Hydro-Québec y a apporté des ajustements importants afin de répondre aux préoccupations du milieu, améliorer son intégration au paysage et présenter un projet final de moindre impact.

Qu’est-ce que Hydro-Québec a fait pour réduire l’impact du projet sur le paysage et le territoire agricole?

Pour remplacer un pylône plutôt que d’en ajouter un, le tracé B a été déplacé à l’ouest de l’Autodrome St-Eustache, ce qui permet également de limiter le déboisement des peuplements feuillus. Ainsi optimisé, ce tracé touche 50 % moins de peuplements forestiers que la variante B initiale.

Hydro-Québec acquerra deux propriétés sur le boulevard Arthur-Sauvé et le chemin de la Rivière Nord pour éloigner la future ligne des résidences adjacentes et s’assurer que le tracé est aussi linéaire que possible. Elle pourra ainsi maximiser l’utilisation des pylônes à encombrement réduit, ce qui permettra une meilleure intégration de la ligne au paysage.

Des améliorations à l’alignement et à la répartition des pylônes ont également aidé à réduire l’impact visuel de la ligne pour les résidents vivant dans les routes qui bordent la rivière du Chêne. On veillera par ailleurs à réaliser un déboisement sélectif dans le corridor écologique de la rivière du Chêne afin de conserver un maximum de végétation.

Est-ce que les champs électromagnétiques (CEM) émis par une ligne électrique ont des effets sur la santé?

Lorsque les autorités de santé publique analysent l’ensemble des études réalisées depuis une trentaine d’années, elles arrivent à la conclusion d’absence d’effets nocifs sur la santé. En date de 2014, la position des autorités de santé publique sur les champs magnétiques émis par les lignes électriques est la suivante :

« Il n’y a pas de fondement scientifique à l’adoption d’une limite d’exposition aux champs électromagnétiques (CEM) d’extrêmement basses fréquences (EBF) qui serait inférieure à celles des normes ou des lignes directrices établies. Ainsi, le Comité ne propose pas de limite d’exposition au champ magnétique ni de distance minimale à maintenir avec une source d’exposition ni de zone d’exclusion pour des nouvelles constructions de certains établissements (hôpitaux, garderies, etc.) près des lignes à haute tension (LHT). »

Source : http://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/document-001126/

De plus, les niveaux de champ magnétique mesurés à proximité de la future ligne sont très faibles. Certains appareils électriques domestiques peuvent d’ailleurs nous exposer à un champ plus intense que celui d’une ligne à haute tension.

Est-ce que la ligne ou le poste seront bruyants?

Le poste

Les niveaux de bruit produits par le poste, au moment ultime de son aménagement, varieront de 35 à 39 dBA à la limite de la propriété. Ces niveaux sonores sont donc inférieurs au critère de bruit de 70 dBA (LAeq) fixé dans la note d’instructions 98-01 sur le bruit du ministère du Développement Durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC). Par ailleurs, le règlement no 1496 relatif au bruit de la Ville de Saint-Eustache (2015b) portant sur le bruit communautaire, ne fixe aucune limite de bruit pour les terrains à usage industriel.

Compte tenu de l’éloignement des habitations les plus rapprochées, au sud de l’autoroute 640 (Sainte-Marthe-sur-le-Lac), on estime que l’impact du bruit sur les résidents permanents est nul puisqu’il ne sera pas perceptible depuis ces habitations.

La ligne

Le bruit engendré par une ligne à haute tension provient principalement de l’effet couronne autour des conducteurs. Cet effet est produit par des microdécharges électriques à des points d’irrégularité sur la surface d’un conducteur. Le bruit est décrit comme un grésillement continu accompagné d’un léger bourdonnement.

Les conditions d’humidité et de précipitations sous forme de pluie, de brouillard, de neige mouillée ou de verglas contribuent également à un accroissement du bruit. Dans la région de Montréal, de telles conditions surviennent environ 20 % du temps.

L’étude de bruit montre que les émissions sonores de la ligne à 315 kV seront conformes aux exigences municipales (règlement 1496 relatif au bruit) et provinciales (note d’instructions 98-01 du MDDELCC), et ce, pour toutes les conditions météorologiques.

Les niveaux sonores de la nouvelle ligne seront inférieurs à 40 dBA aux résidences les plus proches de l’emprise projetée, quelles que soient les conditions météorologiques. Par temps sec, le bruit émis par la ligne est de 15 à 25 dBA inférieur à celui qui est produit lorsque les conducteurs sont mouillés. Elle ne sera donc pas audible. Le bruit produit par la nouvelle ligne pourrait être audible lorsque les conducteurs sont mouillés. Toutefois, les niveaux sonores prévus sont inférieurs au bruit ambiant actuel perçu à la hauteur des résidences les plus proches de l’emprise projetée.

Quel est l’échéancier de construction du projet ?

La construction du poste, plus longue que celle de la ligne, démarrera dès le printemps 2019 pour une mise en service à l’été 2020. La construction de la ligne d’alimentation, de durée plus courte, s’étalera de l’automne 2019 à l’été 2020.

Lorsque la construction débutera, un bulletin Info-travaux sera transmis au milieu d’accueil afin de fournir de l’information détaillée sur le projet. Des renseignements pertinents sont aussi accessibles sur le site Web.

Quels seront les impacts du projet ?

Les travaux seront réalisés en majeure partie dans des terres cultivées. Les impacts de la construction de quatorze pylônes seront compensés et atténués en vertu des mesures d’atténuation et de compensation prévues par l’Entente Hydro-Québec–UPA sur le passage des lignes de transport en milieux agricole et forestier.

Pendant les travaux, Hydro-Québec s’assurera par ailleurs de limiter les nuisances du projet (bruit des activités notamment) sur les riverains de la future ligne, appliquera des mesures de sécurité rigoureuses à la traversée des routes publiques et s’assurera de la remise en état des lieux à la fin des travaux.