Espèces végétales rares

La mise en eau du réservoir de la Romaine 2 a entraîné la perte des deux populations de matteuccies fougère-à-l'autruche (Matteuccia struthiopteris) recensées dans la zone d'étude du projet. De plus, la création du réservoir de la Romaine 4 fera disparaître quatre des cinq populations d’hudsonies tomenteuses (Hudsonia tomentosa) de la zone d’étude, et aura pour effet de fragiliser la cinquième.

Mesures d’atténuation

Objectif

Assurer le maintien de ces deux espèces végétales rares dans le bassin versant de la rivière Romaine.

Interventions

Réalisation d’un programme de transplantation (2009-2011).

Hudsonie tomenteuse

  • Sur 2 sites qui seront perdus lors de la mise en eau du réservoir de la Romaine-4, récolte de plants, de propagules et de graines pour les essais.
  • Évaluation de plusieurs méthodes de propagation : transplantation de plants entiers, bouturage, ensemencement, etc.
  • Études et essais de reproduction en serre en collaboration avec le ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs.
  • Transplantation de 229 transplants, sur huit sites abritant des dunes actives (habitat type de l’espèce) dans les secteurs de la Romaine-1 (2 sites) et de la Romaine-4 (5 sites).

Matteuccie fougère-à-l'autruche

  • Transplantation de 24 plants (couronnes) sur deux sites rapprochés, en bordure de méandres de la rivière Romaine Sud-Est.
Matteuccie fougère-à-l'autruche aux frondes stériles
Matteuccie fougère-à-l'autruche aux frondes stériles
Plant d'hudsonie tomenteue issu d'un semis naturel
Plant d'hudsonie tomenteue issu d'un semis naturel

Suivi

Calendrier : 2013 et 2015

Objectif : évaluer le succès des transplantations.

Faits saillants


Hudsonie tomenteuse

Le taux de survie des plants d’hudsonie tomenteuse varie selon la méthode de propagation utilisée : la transplantation de plants entiers s’est révélée de loin la technique la plus efficace.

Sur les 229 plants d’hudsonie transplantés par bouturage, par plants entiers ou par division, 136 étaient encore vivants et en santé en 2015 (taux de survie de 59 %). Compte tenu de la biologie de l’espèce et de son habitat sableux, il s’agit d’un très bon résultat.

Les deux tiers (67 %) des 136 plants vivants ont fleuri. De plus, onze semis ont été repérés. Donc au total, 147 plants d’hudsonie tomenteuse ont été recensés en 2015. Au vu de ces résultats et du nombre de sites de transplantation, le maintien de l’hudsonie tomenteuse semble assuré dans le bassin versant de la rivière Romaine.

Matteuccie fougère-à-l’autruche

Le suivi de 2015 a confirmé le déclin de cette plantation en nombre d’individus et en vitalité. Aucun signe de reproduction n’a été observé. L’avenir de cette espèce est donc incertain dans la zone d’étude, qui se trouve à la limite de son aire de distribution.

Plant d'hudsonie tomenteue issu d'un semis naturel
Plant d'hudsonie tomenteue issu d'un semis naturel

Suivi des transplantations dans les secteurs de la Romaine-1 et de la Romaine-2

Hudsonie tomenteuse
Hudsonie tomenteuse
Matteucie
Matteuccie fougère-à-l'autruche
Matteuccie fougère-à-l'autruche
Matteuccie fougère-à-l'autruche
Matteuccie fougère-à-l'autruche
Culture d'hudsonie