Incidences sociales du projet pour les communautés innues

Durant l’étude d’impact du projet de la Romaine, les Innus ont exprimé des préoccupations concernant les incidences sociales du projet, au regard notamment des retombées économiques attendues de même que des problèmes sociaux qui pourraient découler des revenus provenant des emplois au chantier.

Mesures d’atténuation

Objectifs

  • Favoriser les échanges avec le milieu afin de mieux connaître leurs préoccupations et leurs attentes à l’égard du projet et d’y répondre.
  • Œuvrer pour une intégration harmonieuse du projet dans le milieu.
  • Faciliter l’intégration des travailleurs innus à la vie de chantier.
  • Favoriser les incidences sociales positives du projet et atténuer l’impact des incidences négatives.

Principales interventions

  • Conclusion d’ententes avec les communautés innues, notamment pour la création de fonds destinés à la formation, au développement économique et communautaire, à la pratique d’Innu Aitun (chasse, pêche, etc.).
  • Embauche d’un conseiller à l’emploi innu.
  • Embauche d’un travailleur social ou d’un psychologue.
  • Création d’un comité de suivi de l’intégration et du maintien en emploi des travailleurs innus.

Résidences construites grâce à l'appui du Fonds de développement économique et communautaire

Suivi

Établissement de l’état de référence : 2009

Études de suivi : 2011-2012 ; 2016-2017 ; 2019-2020 ; 2022 et 2024.

Objectifs :

  • évaluer les incidences sociales du projet pour les communautés innues et plus particulièrement pour les travailleurs innus ;
  • vérifier l’efficacité des mesures destinées à favoriser ou à atténuer les incidences sociales du projet pour les communautés et les travailleurs innus.

Méthodes :

  • recherche documentaire ;
  • entrevues avec des gestionnaires d’horizons variés : services de santé, éducation, conseil de bande ;
  • enquête par sondage auprès de la population adulte des quatre communautés qui ont signé des ententes avec Hydro-Québec : Ekuanitshit, Nutashkuan, Unamen-Shipu et Pakua-Shipi ;
  • étude particulière auprès de travailleurs innus.

Faits saillants

  • Les fonds créés en vertu d’ententes conclues avec les Innus ont eu une incidence positive au chapitre des infrastructures communautaires, de la pratique d’Innu Aitun et de la formation professionnelle.
  • Entre 2009 et 2016, les sociétés mises en place pour gérer ces fonds ont consacré :
    • 5,1 M$ à la formation ;
    • 8 M$ à la pratique d’Innu Aitun ;
    • 8 M$ au développement économique et communautaire ;
    • 12,9 M$ à des travaux correcteurs ;
    • 1,6 M$ à la sauvegarde du patrimoine innu.
  • Principale incidence positive du projet selon les Innus : la création d’emplois.
  • Principale incidence négative du projet selon les Innus : la consommation accrue d’alcool et de drogue par suite de la hausse des revenus.
  • Moins de deux travailleurs innus sur dix estiment que leur participation au chantier a eu des conséquences négatives pour ce qui est de la consommation d’alcool ou de drogue.

Centre d’affaires Kanikaniteth d’Ekuanitshit