Utilisation du territoire et savoir innu

La rivière Romaine a une valeur patrimoniale pour les Innus, en particulier pour les habitants d’Ekuanitshit, dont les ancêtres ont nommé les différentes composantes de la région. Durant l’étude d’impact, les Innus d’Ekuanitshit et de Nutashkuan ont exprimé des préoccupations concernant les effets du projet de la Romaine sur l’utilisation du territoire.

Mesures d’atténuation

Valoriser le savoir innu concernant le caribou forestier.

En 2011 et en 2012, Hydro-Québec a tenu des ateliers sur le caribou forestier à Ekuanitshit et à Nutashkuan. À cette occasion, des biologistes engagés dans l’étude d’impact ont pu échanger avec les Innus au sujet de cette espèce valorisée. L’objectif intégrer le savoir innu à la démarche de suivi scientifique, dans un cadre fondé sur la collaboration et le respect mutuel.

Atelier sur le caribou
forestier à Nutashkuan
Atelier sur le caribou forestier à Ekuanitshit
Aînée en compagnie de la coordonnatrice de la pharmacie communautaire

Valoriser le savoir innu concernant les plantes médicinales.

S’étant engagée à étudier l’utilisation des plantes médicinales chez les Innus dans le cadre du suivi du complexe de la Romaine, Hydro-Québec a rencontré l’équipe d’Innu-Natukuna - la pharmacie communautaire d’Ekuanitshit - pour explorer différentes solutions. Après de nombreux échanges, les cueilleuses d’Innu-Natukuna ont proposé d’organiser et de documenter des cueillettes qui bénéficieraient à l’ensemble de la communauté.

Faciliter la pratique d’Innu-aitun.

En résumé, Innu-altun (« la vie innue al rassemble tout ce qui se rapporte à la culture innue. L’expression désigne les activités traditionnelles ou contemporaines rattachées à la culture, aux valeurs fondamentales et au mode de vie des Innus ainsi que le lien particulier que ceux-ci entretiennent avec le territoire et la Terre. Innu-altun englobe les pratiques, coutumes et traditions, dont les activités de chasse, de pêche, de piégeage et de cueillette menées à des fins rituelles, nodales ou de subsistance. Tous les aspects de la vie spirituelle, culturelle, sociale et communautaire en font partie intégrante.

Transport au campement

CHASSE À L’ORIGNAL

Abattage de l’animal
Débitage de l’orignal en quartiers sur le lieu de la chasse

Diaporama

Le contenu qui suit est un diaporama d’images sur : Mesure d'atténuation

  • Abattage de l’animal
  • Débitage de l’orignal en quartiers sur le lieu de la chasse
  • Préparation de la viande en vue de la consommation
  • Transport au campement
Préparation de la viande en vue de la consommation

Principales interventions

Savoir innu

Organisation d’ateliers à Ekuanitshit et à Nutashkuan intégration du savoir innu à la démarche de suivi du caribou forestier.

  • Projet Natukuna : cueillette de plantes médicinales dans les zones d’ennoiement des réservoirs de la Romaine 1 et de la Romaine 4.

Innu-aitun

  • Création de fonds pour faciliter et encourager l’utilisation du territoire.
  • Réalisation d’aménagements pour faciliter les déplacements et les activités des Innus (stationnements et surlargeurs en bordure de la route de la Romaine, rampes de mise à l’eau, sentier de motoneige, abris, etc.).
  • Piégeage de castors avec la collaboration des Innus d’Ekuanitshit afin de protéger le réseau routier du complexe de la Romaine contre les inondations (remise des bêtes capturées à la communauté).

Innus d’Ekuanitshit et de Nutashkuan

La Minganie et la Basse-Côte-Nord abritent cinq communautés innues. Deux d’entre elles sont concernées par le suivi de l’utilisation du territoire: Ekuanitshit (650 habitants) et Nutashkuan (1 200 habitants).

Carte des communautés innues [PDF 1,6 Mo]

Croquis d’une tente de toile de type prospecteur utilisée par les Innus

Croquis d’une tente de toile de type prospecteur utilisée par les Innus

Les Innus utilisent ce type de tente comme campement temporaire lorsqu’ils vont à la chasse et à la pêche et lorsqu’ils trappent.

Suivi 2009-2024

Objectifs :

  • suivre les impacts recensés durant l’étude d’impact ;
  • mesurer l’efficacité des mesures d’atténuation ;
  • repérer tout impact imprévu.

Faits saillants

  • A Ekuanitshit, il n’y a pas eu de changement majeur dans les modalités d’utilisation du territoire. Les membres de cette communauté signalent toutefois des perturbations dans leurs activités perte de quiétude à certains endroits, modification des trajets de motoneige, modification des conditions de navigation et perturbation en aval de la centrale de la Romaine 1.
  • A Nutashkuan, les modalités d’utilisation du territoire n’ont pas vraiment changé. Les membres de la communauté ont toutefois commencé à utiliser la route de la Romaine.
  • Les fonds de soutien à la pratique d’Innu-aitun ont eu un effet positif sur la fréquentation du territoire.
  • Les aménagements réalisés en bordure de la route de la Romaine sont très peu utilisés par les Innus.
  • Les innus craignent que la route de la Romaine favorise l’afflux de nouveaux utilisateurs sur le territoire.
Passerelle pour motoneiges au PK 30,5 de la Romaine
La construction d’une passerelle fait partie des mesures d’atténuation qu’Hydro‑Québec s’est engagée à appliquer dans l’étude d’impact sur l’environnement du complexe de la Romaine. Cette passerelle de 154 m permet aux motoneigistes de franchir la rivière en aval de la centrale de la Romaine 1 en toute sécurité. Construite à l’hiver 2013-2014, elle a été mise en service à l’hiver 2014-2015, au cours duquel plus de 2 300 passages ont été enregistrés.
Rampe de mise à l’eau
  • A Nutashkuan, les modalités d’utilisation du territoire n’ont pas vraiment changé. Les membres de la communauté ont toutefois commencé à utiliser la route de la Romaine.
  • Les fonds de soutien à la pratique d’Innu-aitun ont eu un effet positif sur la fréquentation du territoire.
  • Les aménagements réalisés en bordure de la route de la Romaine sont très peu utilisés par les Innus.
  • Les innus craignent que la route de la Romaine favorise l’afflux de nouveaux utilisateurs sur le territoire.