Champs électriques et magnétiques

Effets sur la santé humaine

Voilà maintenant plus de 40 ans que la recherche se poursuit. À ce jour, plusieurs centaines d'études épidémiologiques ont été réalisées auprès de diverses populations exposées. Également, plusieurs études expérimentales en laboratoire ont exploré les effets des champs sur les cellules vivantes, diverses espèces animales et l'humain.

Ces études n'ont pas pu mettre en évidence un effet clair des champs pour les intensités mesurées dans l'environnement résidentiel ou au travail. Le doute quant à la possibilité qu'un champ magnétique puisse accroître le risque de leucémie chez l'enfant n'a pas été confirmé par les études plus récentes.


Avis du conseil Médical – Direction – Santé et sécurité d'Hydro-Québec
Les champs électriques et magnétiques de 60 Hz et la santé – 2013-06-13 [PDF]

Plusieurs autorités de santé publique ont mandaté des groupes d'experts pour faire le point sur les connaissances à ce sujet. Leurs principales conclusions apparaissent sous l'onglet « Santé », ci-dessous.

État de la recherche sur les effets des champs électriques et magnétiques à 60 Hz sur la santé humaine

Cliquer sur l'un des sujets ci-dessus pour plus d'informations

Les études expérimentales sur les animaux n'ont pas démontré d'effet toxique à des champs électriques de 30 kV/m, soit à des niveaux qui sont de 3 à 30 fois plus importants que les niveaux ambiants mesurés en milieu résidentiel. Chez l'humain, il semble qu'une exposition aiguë ou à long terme aux champs électriques n'entraîne pas d'effets néfastes sur la santé.

Toutes les études épidémiologiques qui ont porté sur le risque de leucémie chez les enfants exposés aux champs électriques en milieu résidentiel ont démontré une absence d'association. En ce qui concerne les adultes, les résultats des études épidémiologiques indiquent que l'exposition professionnelle aux champs électriques n'augmenterait pas le risque de cancer du cerveau, de cancer du poumon ou de cancer du système digestif. Les résultats relatifs au risque de leucémie sont quant à eux moins tranchés, mais indiqueraient également une absence de risque.

Les études effectuées sur les rats n'ont pas démontré d'effets marqués des champs électriques sur la fertilité, le développement embryonnaire et le développement postnatal, pour des niveaux d'exposition allant jusqu'à 100 ou 150 kV/m, ni sur la mutation de cellules germinales de souris exposées à 20 kV/m. En ce qui concerne les études épidémiologiques, celles qui se sont intéressées aux effets des CÉM sur la reproduction ne comprennent pas de données d'exposition aux champs électriques. Cependant, les résultats basés sur des expositions estimées à partir de la proximité, de la grosseur et de l'abondance des conducteurs de lignes électriques indiquent que les champs électriques n'auraient aucune influence sur la reproduction.

Très peu d'études se sont intéressées aux effets des champs électriques sur les maladies neurodégénératives. Lorsque l'on considère les résultats des études basées sur les titres d'emploi, il semble que les employés des entreprises d'électricité, soit les travailleurs les plus susceptibles d'être exposés à de forts champs électriques, ne soient pas plus atteints de sclérose latérale amyotrophique, de sclérose en plaques, de maladie d'Alzheimer ou de maladie de Parkinson que les travailleurs d'autres secteurs industriels.


© Hydro-Québec, 1996-2017. Tous droits réservés.

Logo Hydro-Québec