Les champs électriques et magnétiques et la santé

Effets sur la santé humaine

Au cours des 40 dernières années, un nombre exceptionnel d'études ont été réalisées à la recherche d'effets possibles des champs électriques et magnétiques (CEM) sur la santé humaine. Plusieurs centaines d'études épidémiologiques ont été menées dans le monde auprès des travailleurs d'entreprises d'électricité ou de la population générale, notamment les personnes qui résident au voisinage immédiat de lignes à haute tension.

Également, plusieurs études en laboratoire ont exploré les effets de ces champs sur les cellules vivantes de diverses espèces animales et de l'humain. Elles portaient sur tous les aspects importants de la santé humaine, notamment le cancer, les maladies neurologiques, immunitaires et cardiovasculaires ainsi que la reproduction. Malgré leur ampleur, les programmes de recherche n'ont pu mettre en évidence d'effet nocif associé à ces champs sur la santé. Ce constat est rassurant.

Opinion des autorités de santé publique

Plusieurs opinions sur les effets des CEM sur la santé ont été émises, soit par des groupes d'experts mandatés par des institutions publiques nationales ou des organismes internationaux, soit par des spécialistes agissant de leur propre initiative. Voici les opinions des autorités québécoise, canadienne et internationale en la matière :

Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (2014)

Un comité scientifique sur la question de l'incidence des champs magnétiques générés par les lignes électriques sur la santé de la population générale a été créé en juin 2011. Composé de représentants du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS), de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et de directions régionales de santé publique, il avait pour mandat d'étudier ce dossier et de proposer une position commune. Le rapport produit s'intitule Position des autorités de santé publique sur la gestion des champs magnétiques émis par les lignes électriques ». On peut y lire :

« Le Comité scientifique considère qu'il n'y a pas de fondement scientifique à l'adoption d'une limite d'exposition aux CMEBF [champs magnétiques à extrême basse fréquence] qui serait inférieure à celle des normes ou des lignes directrices établies. Ainsi, le Comité ne propose pas de limite d'exposition au champ magnétique ni de distance minimale à maintenir avec une source d'exposition ni de zone d'exclusion pour de nouvelles constructions de certains établissements (hôpitaux, garderies, etc.) près des lignes à haute tension (LHT). »

Santé Canada

Santé Canada est le ministère fédéral qui est chargé des questions relatives à la santé au Canada. Dans son site Web, Santé Canada a mis en ligne une série de pages d'information sur un certain nombre de questions de santé et de sécurité qui touchent le grand public. L'une de ces pages est consacrée aux CEM de fréquence extrêmement basse. On peut y lire :

« La Commission internationale pour la protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP, anglais seulement) a publié des lignes directrices pour l'établissement de limites d'exposition aux CEM de fréquence extrêmement basse. Ces lignes directrices contribuent à garantir que les expositions aux CEM de fréquence extrêmement basse ne créent pas de courants électriques plus forts que ceux qui sont naturellement produits dans votre corps. Les signaux électriques utilisés par votre cerveau et votre système nerveux vous permettent de bouger, de réfléchir et de ressentir des choses.

Les expositions aux CEM de fréquence extrêmement basse dans les résidences, les écoles et les bureaux au Canada se situent bien en deçà des limites recommandées dans les lignes directrices de l'ICNIRP. Vous n'avez pas à prendre de précautions pour vous protéger de ces types d'expositions.»

Organisation mondiale de la santé

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) est un organisme des Nations Unies spécialisé dans les questions touchant la santé. En 1996, l'OMS a lancé, en collaboration avec des agences et des instituts de recherche nationaux et internationaux, le Projet international pour l'étude des champs électromagnétiques dans le but d'évaluer les effets sur la santé et l'environnement de l'exposition aux CEM. Dans un aide-mémoire publié en 2007 à la suite d'une évaluation méticuleuse de l'ensemble des données scientifiques disponibles, l'OMS affirme :

« En octobre 2005, l'OMS a réuni un groupe spécial constitué d'experts scientifiques afin d'évaluer les risques pour la santé que pourrait entraîner une exposition aux champs électriques et magnétiques ELF [à extrême basse fréquence] dans la gamme des fréquences comprises entre 0 et 100 000 Hz (100 kHz). [...] À la suite d'un processus d'évaluation standard des risques sanitaires, le groupe spécial a conclu qu'il n'existe pas de problèmes de santé notables liés aux champs électriques ELF aux intensités généralement rencontrées par le grand public. »

Vidéo (2013) : Champs électriques et magnétiques : Plus de 40 ans d'études scientifiques

L'Organisation mondiale de la santé a mis sur pied en 1996 un vaste programme consacré aux champs électriques et magnétiques.

Michael Repacholi, qui a dirigé le programme de l'OMS de 1996 à 2006, nous parle des résultats des études scientifiques.

Durée : 4 minutes 03 secondes

© Hydro-Québec, 1996-2022. Tous droits réservés.

Logo Hydro-Québec