Les risques d’électrisation, de feu et de court-circuit

Les fils moyenne tension n’ont pas de gaine isolante : c’est l’air qui les entoure qui sert d’isolant. C’est pourquoi il faut maintenir un dégagement autour de ces fils.

La végétation et les branches d’arbres qui se trouvent trop près des fils moyenne tension peuvent causer des courts-circuits même s’il n’y a pas de contact direct. Ces courts-circuits peuvent mettre en danger la sécurité des personnes en provoquant un incendie ou en présentant un risque de choc électrique.

Vidéo : Branches d’arbres en contact avec un fil moyenne tension

Verglas dans le sud du Québec en janvier 2015, des branches d’arbres alourdies par la glace s’approchent trop du fil moyenne et prennent feu.
Images captées par un client d’Hydro-Québec à Montréal.

Les risques liés aux événements climatiques

La plupart des pannes causées par la chute de branches ou d’arbres se produisent à la suite d’événements climatiques : rafales, verglas, neige mouillée.

Grands vents ou rafales

Les rafales peuvent se produire en toute saison, en association avec de la neige, du verglas ou des orages. Lorsque les arbres sont en feuilles, les risques pour le réseau électrique sont plus grands, car le feuillage offre davantage de prise au vent.

Juillet 2013, en Outaouais. Des rafales font tomber plusieurs arbres fragiles sur les lignes de distribution.
Le rétablissement du service demandera beaucoup de travail.

Verglas

La glace accumulée sur les branches constitue une charge importante qui peut faire plier une branche ou un arbre jusqu’à la rupture. Un arbre ou une branche qui tombe sur des fils peut causer des courts circuits ou des dommages et entraîner des pannes.

Janvier 1998, à St-Lambert. Après un épisode de verglas, des branches surplombant des lignes de distribution
entraînent des dommages importants.

Neige mouillée

Une épaisse couche de neige mouillée peut faire plier les conifères jusqu’à la rupture ou au déchaussement, avec tous les risques que cela représente pour le réseau électrique.

Mars 2008, dans les Laurentides. Un pin alourdi par le poids de la neige mouillée chute sur une ligne.