Il y a plus de 30 ans, dans la foulée de nos grandes réalisations à la Baie-James, nous avons instauré divers modes de communication avec nos parties prenantes. Notre but était de favoriser l’acceptabilité sociale de nos projets de production et de transport.

L’acceptabilité sociale est une condition de réussite de nos projets tout aussi importante que la rentabilité et le respect de l’environnement. Chaque projet étant unique, les mesures requises pour le rendre acceptable varient en fonction des attentes du milieu d’accueil. C’est pourquoi nous faisons participer le public et établissons des partenariats avec nos parties prenantes. Les collectivités sont ainsi à même de collaborer à la planification de nos projets et de contribuer à l’élaboration de solutions répondant à nos besoins respectifs.

Participation du public dans le cadre d’un projet d’envergure

Planification

PRODUCTION

  • Discussions préliminaires avec les municipalités régionales de comté et les communautés autochtones dans le but de conclure des ententes
  • Identification sommaire des attentes et des enjeux
  • Durée : de 1 à 2 ans

TRANSPORT

  • Évaluation des moyens de communication requis en fonction du milieu d'accueil et de la nature du projet
  • Durée : de 1 à 2 ans

Avant-projet et autorisations gouvernementales

PRODUCTION

  • Tables d’information et d’échange
  • Communications continues (portes ouvertes, rencontres d’information, relations avec les médias, etc.)
  • Consultation du public menée par les autorités gouvernementales
  • Durée : de 2 à 5 ans

TRANSPORT

  • Trois étapes de communication menées par les équipes de projet :
    • information générale
    • information-consultation
    • information sur la solution retenue
  • Communications variées (portes ouvertes, rencontres d’information, relations avec les médias, etc.)
  • Consultation du public menée par les autorités gouvernementalesa
  • Durée : de 2 à 5 ans
  1. Pour les projets d'au moins 315 kV et de plus de 2 km.

Construction

PRODUCTION

  • Comité des retombées économiques régionales
  • Comités de suivi environnemental et de suivi des ententes
  • Information de la population sur le déroulement des travaux (bulletins, communiqués, etc.)
  • Durée : variable, de 2 à 12 ans

TRANSPORT

  • Information des communautés touchées sur le déroulement des travaux (bulletins, communiqués, ligne Info-projets, etc.)
  • Durée : variable, de 1 à 5 ans

Exploitation

PRODUCTION

  • Comités de suivi environnemental et de suivi des ententes
  • Durée des suivis : variable – plus de 20 ans pour le projet de la Romaine

TRANSPORT

  • Au besoin, communication avec les communautés touchées

Faits saillants en 2016

  • Portes ouvertes aux résidents du quartier qui a accueilli le nouveau poste de Saint-Jérôme à 120-25 kV. Plus de 40 personnes ont visité l’installation accompagnées des spécialistes d’Hydro-Québec. (Laurentides)
  • Participation aux rencontres du comité de résilience de la Ville de Québec, mis sur pied pour renforcer la capacité de la Ville et de ses partenaires à faire face aux situations exceptionnelles.
  • Devant la Chambre de commerce de la Haute-Matawinie, exposé des ententes intervenues pour la gestion du réservoir Taureau en vue d’harmoniser nos activités et celles de villégiature de la région.
  • Rencontres d’information avec des MRC de l’Abitibi-Témiscamingue pour échanger sur comment faire affaire avec Hydro-Québec, les communications en situation d’urgence, le cheminement d’une demande liée au déplacement ou au prolongement du réseau, l’éclairage des rues, les programmes offerts par l’entreprise, la maîtrise de la végétation, etc.

Exemples d'activités de participation du public – 2016

Ligne à 120 kV du Grand-Brûlé – Dérivation Saint-Sauveur (Laurentides)

Statut

À l’étude

Description du projet

  • Construction d’une ligne (40 km) dans les MRC des Laurentides et des Pays-d’en-Haut. Le but : transférer l’alimentation des postes satellites de Saint-Sauveur et Doc-Grignon (Sainte-Adèle) au poste source du Grand-Brûlé (Mont-Tremblant) et alimenter un troisième poste satellite.
  • Dans cette région, la demande s’est accrue de 20 % entre 2004 et 2012 et continue de croître. Elle augmente deux fois plus vite qu’ailleurs au Québec.
  • Plusieurs postes et lignes du réseau régional ont atteint leurs capacités maximales.

Réalisation

Présentation du tracé final aux représentants des communautés touchées, après 3 ans d’études et une centaine de rencontres. Nous l’avons plusieurs fois modifié pour atténuer la visibilité de la ligne et l’éloigner des milieux sensibles. Le tracé retenu a été communiqué aux élus municipaux et aux propriétaires de terrains touchés.

La Régie de l’énergie :

  • a rendu sa décision en septembre, après des audiences publiques ;
  • autorise l’érection d’une ligne à 120 kV reliant le poste du Grand-Brûlé et une autre ligne à 120 kV existante, située entre les postes de Saint-Sauveur et de Sainte-Agathe-des-Monts ;
  • considère que le projet aura un effet bénéfique sur la fiabilité et la capacité du réseau à répondre aux besoins à court et à long terme.

Interconnexion Québec-New Hampshire (Estrie)

Statut

À l’étude

Description du projet

  • Construction d’une ligne à 320 kV à courant continu (79 km) entre le Québec et le New Hampshire. Le but : accroître les échanges entre le Québec et la Nouvelle-Angleterre. Cette nouvelle interconnexion sera destinée à l’exportation d’électricité.

Réalisation

Présentation du projet et du processus de participation du public au milieu.

Table d’information et d’échange sur :

  • les aspects technique, environnemental et social du projet ;
  • le respect des règles lors de la construction et de l’exploitation, et la prise en compte des préoccupations du milieu et des obligations de Forêt Hereford et de Conservation de la nature Canada.

À l’automne, audience publique du BAPE.

Dépôt du rapport du BAPE auprès du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, qui a été rendu public en février 2017.

Ligne à 735 kV Micoua-Saguenay (Saguenay–Lac-Saint-Jean)

Statut

À l’étude

Description du projet

  • Construction d’une ligne à 735 kV (250 km) entre le poste Micoua (Côte-Nord) et le poste du Saguenay (Saguenay–Lac-Saint-Jean). Ajouter des équipements dans les deux postes et agrandir celui du Saguenay. Mise en service des nouveaux équipements prévue en 2022.
  • Le réseau de transport à très haute tension a été mis en service dans les années 1960. Avec le temps, l’augmentation du transit a entraîné une diminution de la fiabilité. Il faut prendre les mesures pour rétablir la capacité du réseau et en maintenir la fiabilité.

Réalisation

  • Rencontre des représentants des municipalités, des communautés autochtones, des organismes du milieu et de divers ministères.
  • Rencontre des propriétaires, des utilisateurs du territoire et de la population afin de partager l’information sur le projet et de recueillir leurs préoccupations.
  • Consultations du public en 2016 et en 2017.
  • Portes ouvertes les 6, 7 et 8 décembre à Saint-Honoré, à Jonquière et à Saint-Ambroise, au Saguenay–Lac-Saint-Jean.
  • Rencontre des organismes et des villégiateurs de la Côte-Nord. Nous pouvons ainsi affiner notre connaissance du milieu en vue d’établir le tracé optimal et d'adapter le projet aux réalités locales.

Démantèlement d’une ligne de distribution à Québec (Capitale-Nationale)

Statut

En cours

Description du projet

  • Démantèlement d’une section de ligne (24 km) le long du boul. Sainte-Anne sur le territoire de la MRC de La Côte-de-Beaupré. La ligne reliait les postes de la Montmorency et de Sainte-Anne-de-Beaupré tout en alimentant les clients de l’île d’Orléans.
  • Nous avons pu démanteler cette section de ligne après avoir mis en service en 2015 trois lignes en provenance du nouveau poste Lefrançois. Nous allons démanteler le vieux poste de la Montmorency en 2017.

Réalisation

  • Collaboration des quatre municipalités touchées et du Chemin de fer Charlevoix. propriétaire de la voie ferrée longeant la ligne.
  • Envoi d’avis annonçant les travaux et les interruptions de service requises.
  • Projet bien accueilli par la communauté. Les citoyens ont même manifesté leur satisfaction quant au déroulement du projet.
  • Aucune plainte formulée, malgré la nuisance occasionnelle des travaux à la circulation et la nécessité d’une dizaine d’interruptions planifiées.
  • Bel accueil du projet qui a contribué à l’embellissement du paysage.

Réfection de la digue de la centrale des Cèdres (Montérégie)

Statut

À l'étude

Description du projet

  • Réfection de la digue, amélioration de l’étanchéité et de la stabilité pour réduire au minimum le risque d’érosion de la fondation.
  • Construite vers 1913, la centrale des Cèdres est alimentée par un canal d’amenée dont la digue en remblai commençait à présenter des signes d’infiltration.

Réalisation

  • Rencontre d’information-consultation de deux municipalités et de deux organismes environnementaux actifs sur le territoire.
  • Portes ouvertes à Salaberry-de-Valleyfield et aux Cèdres ayant réuni une cinquantaine de personnes.
  • Visite des lieux des représentants des municipalités et des organismes environnementaux.
  • Diffusion de deux bulletins d'information et tournée des médias régionaux.

Reconstruction des lignes à 120 kV d’Arthabaska–Bois-Francs (Centre-du-Québec)

Statut

À l'étude

Description du projet

  • Remplacement de deux lignes sur portiques en bois, entre le point de dérivation du poste d’Arthabaska et le poste des Bois-Francs à Victoriaville, par une ligne biterne (10 km) sur pylônes en acier.
  • Nous souhaitons répondre à la demande croissante et assurer la pérennité du réseau. Nous désirons maintenir la fiabilité de l’alimentation électrique des clients desservis par le poste des Bois-Francs.

Réalisation

  • Diffusion d’un bulletin et portes ouvertes aux élus, aux organismes et aux citoyens concernés.
  • Mise en ligne de l’information.
  • Portes ouvertes à Victoriaville.
  • Rencontre de suivi des représentants de la Ville et des associations de motoneige et de motoquad concernées.

Ligne à 120 kV Langlois–Vaudreuil-Soulanges (Montérégie)

Statut

À l’étude

Description du projet

  • Construction d’une ligne de transport, reconstruction d’une portion de ligne démantelée.
  • La population de la MRC de Vaudreuil-Soulanges a augmenté de 43 % entre 2001 et 2014. Impacts : une hausse de plus de 50 % de la demande et un dépassement de capacité du réseau.

Réalisation

  • Depuis décembre 2015, rencontre des propriétaires touchés et études pour trouver le meilleur emplacement de chaque pylône.
  • Fin des travaux d’ingénierie et des activités visant l’obtention des autorisations gouvernementales.
  • Construction de la nouvelle ligne prévue en 2017.

Voir aussi