Dans le cadre de ses projets et de ses activités, Hydro-Québec maintient de solides relations avec les différentes communautés autochtones présentes sur le territoire, dans le respect de leur culture et de leur utilisation traditionnelle du territoire. Chaque communauté étant unique, l’entreprise s’efforce d’adapter ses pratiques et ses façons de faire à la réalité du milieu dans une perspective de développement de partenariats mutuellement avantageux.

Depuis 1975, Hydro-Québec a conclu plus de 30 ententes avec les nations ou les communautés autochtones dans le cadre de ses projets de production ou de transport d’électricité. Pour le projet de la Romaine (Côte-Nord), les quatre ententes conclues avec les communautés innues prévoient notamment la création de fonds visant à financer des projets de nature économique, communautaire et culturelle ainsi que des activités traditionnelles et des programmes de formation.

Carte des Nations et communautés autochtones

La technicienne d’appareillage Nancy Pelcat, dans la centrale Robert-Bourassa.

À signaler en 2017

  • Dans le cadre du projet de démantèlement du barrage de Parent sur la rivière Bazin, rencontres d’information avec les publics intéressés, notamment les communautés autochtones riveraines ayant montré leur intérêt à participer aux travaux. Le projet a été scindé en deux contrats, dont un a été attribué à une entreprise autochtone locale. (Mauricie)
  • Dans le cadre de la transition énergétique des réseaux autonomes, rencontres avec les 14 communautés inuites du Nunavik en vue d’obtenir les solutions les mieux adaptées. (Nord-du-Québec)
  • Participation de 87 employés à la formation Hydro-Québec et les Autochtones.
  • Au chantier de la Romaine, un shaputuan est érigé au campement du Mista afin de permettre aux travailleurs autochtones de se retrouver et de partager des activités traditionnelles et culturelles. (Côte-Nord)

Conversion des réseaux autonomes du Nunavik à l’énergie renouvelable

Hydro-Québec mise sur une approche partenariale plutôt que sur une procédure d’appels de propositions pour la conversion de l’alimentation électrique des réseaux autonomes du Nunavik. Cette approche correspond davantage à l’environnement d’affaires particulier du Nunavik et à la volonté de la nation inuite de jouer un rôle prépondérant dans le développement d’énergies renouvelables. Des discussions sont présentement en cours entre Hydro-Québec et Les Énergies Tarquti, une entreprise dédiée aux énergies renouvelables et qui a été créée en 2017 par la Société Makivik et la Fédération des coopératives du Nouveau-Québec. Un modèle d’affaires serait défini en 2018 pour mener à bien la conversion des réseaux autonomes. Au printemps 2018, avec la collaboration et la participation financière des Énergies Tarquti, Hydro-Québec mandatera une firme externe pour préciser le potentiel solaire et éolien de chaque réseau autonome du Nunavik.

Voir aussi