De nombreuses communautés autochtones vivent dans des régions à fort potentiel hydroélectrique. Nous cherchons à développer avec elles des partenariats mutuellement avantageux en faisant notamment appel à leur connaissance du milieu pour réaliser des inventaires environnementaux et appliquer des mesures d’atténuation.

Les onze nations autochtones, réparties dans 55 communautés au Québec, se distinguent par leur culture et leur mode de vie. Au fil des ans, nous avons multiplié les approches de communication – émissions de radio, microsite Web, calendrier de suivis environnementaux, journaux, etc. Cela nous a permis de consolider nos liens avec les Autochtones.

100e rencontre du Comité de suivi Cris–Hydro-Québec

Le Comité de suivi Cris–Hydro-Québec a tenu le 23 mars sa 100e rencontre à Mistissini, à la Baie-James. Créé en 2007, ce comité voit à ce que les Autochtones participent au Programme de suivi environnemental du complexe de l’Eastmain-Sarcelle-Rupert. Il se réunit environ huit fois par année pour recueillir les préoccupations des utilisateurs du territoire et informer les communautés touchées par la construction du complexe – Chisasibi, Eastmain, Mistissini, Nemaska, Waskaganish et Wemindji.

À voir, la vidéo Comité de suivi Cris–Hydro-Québec : travailler ensemble.

L’électricien d’appareillage Jasmin Mowatt devant le panneau de contrôle du système oléopneumatique d’un groupe de la centrale de la Sarcelle.

Faits saillants en 2016

  • Entente de gré à gré avec la firme micmaque Wejuse pour le démantèlement d'une section de 3,7 km d’une ligne de transport traversant le village de Listuguj. Ces travaux faisaient partie d'un projet de démantèlement de 50 km entre les postes de Nouvelle et de la Cascapédia. L’entente portait sur l’embauche de Wejuse, désignée par le Gouvernement de la Première Nation Mi'gmaq de Listuguj, et sur le recours aux services de la firme Électro Saguenay pour la formation des travailleurs micmacs. Les travaux se sont déroulés en mars et en avril 2016. (Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine)
  • Sur le chantier de la Romaine, déroulement de plusieurs activités traditionnelles et culturelles au shaputuan du campement du Mista. De nombreux travailleurs participent régulièrement aux événements.
  • Participation de 122 employés à la formation Hydro-Québec et les Autochtones, qui dure une journée, pour mieux connaître les nations et les communautés autochtones ainsi que nos relations d’affaires avec ces populations. Cette formation a notamment été diffusée à deux reprises au campement du Mista.

Entente Apatisiiwin

À la fin de 2016, 88 employés cris font partie de nos effectifs, un record depuis le début de l’application de l’Entente Apatisiiwin, qui prendra en juin 2017.

Voir aussi