Après un examen des prévisions économiques, démographiques et climatiques, nous mettons à jour et nous déposons pour approbation notre Plan d’approvisionnement auprès de la Régie de l’énergie. À partir de la prévision de la demande, nous établissons nos grandes orientations et nos actions en matière de transport d’électricité, d’équipement et d’approvisionnement. La prévision de la demande doit être continuellement actualisée afin de prendre en compte les plus récentes informations concernant l’évolution de la demande. Ces dernières années, la prévision de la demande a été revue à la baisse en raison notamment des changements économiques qui ont affecté nos grands consommateurs industriels. L’énergie disponible anticipée représente d’excellentes occasions d’affaires pour attirer des investisseurs énergivores dans des secteurs d’activité prometteurs.

Les besoins de puissance à la pointe devraient atteindre 39 931 MW à l'hiver 2025-2026, en hausse de 2 220 MW (0,6 % en moyenne par année), comparativement à l'hiver 2015-2016. Cette croissance provient essentiellement du secteur résidentiel et agricole et du secteur commercial et institutionnel.

Pour gérer la demande en puissance, nous visons la réduction ou le déplacement de la consommation d'électricité en période de pointe. Pour la clientèle résidentielle, nous utilisons notamment nos programmes qui ciblent l’électricité interruptible, les chauffe-eau à trois éléments et les systèmes biénergie. Pour la clientèle d’affaires, nous comptons sur le nouveau programme Gestion de la demande de puissance qui vise à réduire la puissance sollicitée par ses bâtiments en périodes de pointe.

Vidéo : La demande de pointe

La demande d’électricité est cyclique et connaît des pointes qui surviennent lorsque la consommation de l’ensemble de nos clients augmente subitement. La demande est plus forte les matins et les fins d’après-midi, lorsque les gens rentrent du travail et préparent le repas. Puisqu’au Québec la plupart des maisons sont chauffées à l’électricité, nous faisons face à notre plus grand défi lors des grands froids d’hiver : la pointe hivernale, le moment où la demande est la plus forte de l’année.

Puissance et énergie

La puissance électrique s’exprime en watts (W) et elle équivaut à la capacité de répondre instantanément à une demande. À titre d’illustration, la capacité d’accueil d’un restaurant correspondrait au nombre de ses tables.

L’énergie pour sa part équivaut au travail accompli ou pouvant être accompli dans un temps donné. Elle s’exprime en wattheures (Wh). Pour reprendre l’exemple du restaurant, l’énergie correspondrait au nombre de repas pouvant être servis en une heure, une semaine ou un an.

Aux heures de pointe, même si la quantité de nourriture est suffisante, le restaurant peut manquer de tables. Il se crée alors des files d’attente. Le réseau électrique n’a pas cette possibilité : il doit en tout temps satisfaire la demande en puissance. Si la pointe de consommation est trop forte, il faut réduire la demande (ce que permettent les options d’électricité interruptible) ou acheter de la puissance additionnelle des réseaux voisins. Dans un contexte de production d’électricité presque totalement d’origine hydraulique comme celui d’Hydro-Québec, la réserve énergétique est constituée par les réservoirs qui permettent une gestion pluriannuelle des stocks.

Faits saillants en 2016

  • Réduction de la puissance appelée à l’hiver 2015-2016 par des interventions en efficacité énergétique : 2 986 MW (8 % des besoins).
  • Présentation d’un bilan en puissance équilibré à l’hiver 2016-2017. Nous n’avons pas fait de démarches auprès des marchés à court terme pour combler nos besoins de puissance à la pointe.
  • Lancement d’une offre commerciale pour les bâtiments des secteurs commercial, institutionnel et industriel de petite et moyenne puissance. Une compensation financière est versée aux clients qui réduisent leur demande de puissance à la pointe. Plus de 280 clients sont concernés.
  • Poursuite aux îles de la Madeleine du programme d'utilisation efficace de l'énergie auprès des clients résidentiels ayant un système de chauffage au propane ou au mazout. Nous les encourageons à se chauffer à l’aide de ces combustibles plutôt qu’à l’électricité produite par notre centrale au mazout située à Cap-aux-Meules – une option plus efficace et moins coûteuse. Depuis décembre 2016, le programme est aussi offert aux clients d’affaires.
  • Signature d’un contrat d'approvisionnement à long terme pour l’achat de la production d’une petite centrale hydraulique de 16 MW et réception de la production de trois parcs éoliens totalisant 248,7 MW.
  • Lancement d’un premier appel de propositions pour l’approvisionnement d’Obedjiwan en énergie produite à partir de la biomasse forestière. C’est le début d’une conversion de l’alimentation des réseaux autonomes à des sources d’énergie plus propres et moins chères.
  • Création d’une table d’échange réunissant des représentants de la communauté des îles de la Madeleine et d'Hydro-Québec afin d’établir des scénarios d’alimentation des Îles et d’intégrer les préoccupations du milieu dans un appel de propositions à venir en 2018.
  • Anticipation d’un volume d’électricité disponible de 113 TWh sur la période 2017-2026, selon le nouveau Plan d’approvisionnement. En effet, l’offre augmente et les besoins diminuent.

Voir aussi