Hydro-Québec mène depuis plusieurs années des recherches sur les nouvelles filières de production d’électricité à partir de sources d’énergie renouvelables. L’entreprise a publié des fiches synthèses sur l’énergie osmotique, l’énergie hydrolienne, l’énergie solaire photovoltaïque, l’énergie de la biomasse et l’énergie de la petite éolienne. Ces documents traitent de l’état de la situation, du potentiel du Canada et du Québec, du rendement et des coûts, des principaux avantages et inconvénients ainsi que du développement durable.

Énergie solaire

Le marché de l’énergie solaire photovoltaïque est en plein essor en raison d’une réduction des coûts d’investissement. La filière solaire, dont les coûts de production seront bientôt inférieurs à ceux des énergies fossiles, pourrait bien remplacer ces dernières.

Le prix de l’énergie solaire dans le secteur résidentiel pourrait devenir concurrentiel au milieu des années 2020. Des clients pourraient alors choisir de devenir autoproducteurs en s’équipant de panneaux photovoltaïques. La production d’énergie solaire est intermittente, précisons-le, et nécessite l’utilisation de systèmes de stockage pour être soutenue, comme pour la production d’énergie éolienne. Par ailleurs, selon une étude réalisée par le CIRAIG [PDF 537 Ko] en 2014, sur la base de l’analyse du cycle de vie, l’énergie solaire photovoltaïque émet cinq fois plus de GES que l’hydroélectricité produite par Hydro-Québec.

La transformation du marché de l’énergie solaire photovoltaïque pourrait avoir des incidences sur plusieurs aspects des activités d‘Hydro-Québec, la baisse de l’énergie consommée, la modification de la tarification, la prévision des besoins d’énergie et l’équilibre entre l’offre et la demande ainsi que l’accroissement des périodes de creux de charges.

La transition énergétique en cours est aussi une occasion d’offrir de nouveaux services fondés sur les nouvelles technologies, de maximiser les revenus tirés des exportations et d’accroître la flexibilité du réseau électrique.

Le Plan d’action 2017-2020 de la Politique énergétique 2030 du Québec prévoit plusieurs mesures visant notamment à augmenter de 25 % la production totale d’énergies renouvelables au Québec. Dans ce contexte, la montée de l’énergie solaire pourrait représenter des occasions d’affaires pour l’entreprise, et la réalisation d’un projet de centrale solaire s’inscrit dans les nouvelles stratégies de développement.

La technologie solaire photovoltaïque est expérimentée à Quaqtaq, au Nunavik.

Transition énergétique

Une évolution des modes de production et de consommation d’énergie est en cours sur l’ensemble des marchés. Par exemple, des microréseaux d’électricité émergent aux États-Unis en raison de l’augmentation de la fréquence et de la gravité des événements climatiques extrêmes. Hydro-Québec s’intéresse à la transition qui s’opère et, en réalisant divers projets, elle se prépare à intégrer de nouvelles technologies et à adapter son offre de services.

Au cours des prochaines années, la technologie photovoltaïque décentralisée pourrait concurrencer les formes actuelles de production. Hydro-Québec pourrait devoir intégrer à son réseau plusieurs technologies d’autoproduction (solaire ou petite éolienne), de stockage et de gestion d’énergie. Par exemple, la voiture électrique pourrait stocker de l’énergie et en injecter dans le réseau en période de pointe. D’autres sources locales d’énergie, pouvant fonctionner de manière autonome ou être débranchées du réseau, pourraient aussi voir le jour au Québec. Cette décentralisation des ressources énergétiques représente aussi une occasion d’innovation et une occasion d’offre de services énergétiques novateurs allant au-delà de la simple distribution d’électricité.

Parmi les projets d’énergie solaire photovoltaïque menés par Hydro-Québec, celui de l’installation de 69 panneaux solaires dans le village de Quaqtaq au Nunavik sera déterminant ; il permettra d’orienter les stratégies de transition énergétique des réseaux autonomes. La capacité des modules représente 2 % de la puissance de la centrale thermique qui alimente le village. Cette nouvelle technologie pourrait réduire la consommation de carburant de 5 000 litres par année.

Par ailleurs, un premier système de stockage d’énergie de grande capacité a été raccordé à une ligne de départ du poste de Hemmingford, en Montérégie. Ce projet de démonstration permettra d’apporter une solution à la gestion de la demande de puissance en période de pointe et à l’intégration d’énergies renouvelables aux réseaux électriques.

Voir aussi