Le volume d’électricité disponible permet de saisir des occasions d’affaires et de ventes d’électricité sur les marchés voisins, notamment par la conclusion d’ententes à long terme. De telles transactions sont bénéfiques à la fois sur le plan environnemental et sur le plan financier. Hydro-Québec est déterminée à tout mettre en œuvre pour valoriser l’hydroélectricité québécoise sur les marchés voisins.

Au Québec, le client résidentiel paie en 2017 son électricité 7,07 ¢/kWh, un tarif qui tient compte des coûts de production, de transport et de distribution d’Hydro-Québec. À Boston, il paie 28,45 ¢/kWh, un tarif qui tient compte du prix d’achat de l’électricité et des coûts de transport et de distribution des fournisseurs américains. À New York, il paie 29,67 ¢/kWh.

Ligne de transport à 315 kV sur la Côte-Nord.

À signaler en 2017

  • Réponse à un appel de propositions lancé par le Massachusetts visant l’achat de 9,45 TWh d’énergie propre.
  • Réponse à un appel de propositions lancé par la New York Power Authority visant l’achat de 1 TWh et plus d’énergie renouvelable.
  • Participation à plusieurs sommets sur les centres de données, comme RE-Source 2017.
  • Confirmation de l’implantation de Google à Montréal pour la création d’une nouvelle région infonuagique.

Évolution des prix de l’énergie sur les marchés extérieurs d’Hydro-Québec

Ce graphique démontre qu’après avoir atteint un sommet en 2008, les prix du gaz naturel et de l’électricité dans le nord-est du continent ont chuté en 2009 pour atteindre un creux en 2012 et remonter par la suite.

Note : Après avoir atteint un sommet en 2008, les prix du gaz naturel et de l’électricité dans le nord-est du continent ont chuté en 2009 pour atteindre un creux en 2012 et remonter par la suite.

Proportion des ventes hors Québec, en 2017

  • Autres : 4 %
  • Ontario : 15 %
  • New-York : 23 %
  • Nouvelle-Angleterre : 52 %
  • Nouveau-Brunswick : 6 %

Total : 34,9 TWh