Au Québec, le secteur des transports constitue la principale source d’émission de GES, première cause des changements climatiques. La part de 42 % des émissions attribuables à ce secteur a augmenté de 21 % depuis 1990, alors que les émissions des autres secteurs ont chuté de 24 %. Le secteur des transports est aussi responsable de la pollution atmosphérique des villes, avec l’émission de plusieurs types de contaminants ayant des effets néfastes sur la santé.

Par nos efforts d’innovation et de mobilisation des parties prenantes, nous participons activement à la lutte contre les changements climatiques en favorisant entre autres l’électrification des transports, une priorité du gouvernement du Québec.

Ainsi, l’IREQ développe de nouveaux matériaux de batterie, visant un triple objectif : augmenter la sécurité, améliorer la performance et réduire les coûts. Nos chercheurs travaillent également à différents projets d'expérimentation portant sur l'échange d'énergie véhicule-réseau et véhicule-maison. L’IREQ a conclu des partenariats avec des organisations renommées dans le domaine, telles que Sony (Japon), Arkema (France), BASF (Allemagne) et le Département de l’énergie (États-Unis). Jusqu’à maintenant, nos activités ont donné lieu à l’attribution de 30 licences actives et à l’obtention de 817 brevets relatifs au stockage et à la conversion d’énergie.

Faits saillants en 2016

  • Début des activités de recherche sur les électrolytes et sur les batteries au laboratoire que notre filiale SCE France exploite conjointement avec Arkema dans l’Hôtel de Jeunes Entreprises Chemstart’up situé à Lacq, en France. Ces travaux ont mené au dépôt de deux demandes de brevet en Europe.
  • Mise en service par le constructeur d’autocars, d’autobus et de camions légers TEMSA (Turquie) d’une nouvelle plateforme pour autobus électriques nommée MD9 electriCITY. Cette plateforme est équipée d’un système de motorisation SUMO™ produit par TM4.
  • Installation de 65 bornes de recharge dans 32 bâtiments d’Hydro-Québec dans le cadre du programme Branché au travail, dont 17 sont accessibles au public.
  • Contribution financière au projet Cité Mobilité de la Société de transport de Montréal pour le projet de démonstration de bus 100 % électrique avec recharge rapide en fin de ligne.
  • Participation financière au projet d'intégration de bus hybrides rechargeables de la Société de transport de Laval.
  • Engagement à soutenir le développement d’une infrastructure électrique destinée aux transports collectifs, en collaborant notamment au projet Réseau électrique métropolitain, un système léger sur rail proposé par CDPQ Infra.

Circuit électrique

Initiative d’Hydro-Québec, le Circuit électriquecomptait à la fin de l’année 794 bornes de recharge, soit 728 bornes à 240 V et 66 bornes à 400 V (recharge rapide), réparties dans 16 des 17 régions administratives du Québec. Le réseau de bornes de recharge rapide s’est étendu rapidement, passant de 29 à 66 bornes en un an, notamment le long de l’autoroute 20 entre Montréal et le Bas-Saint-Laurent, et sur les routes ceinturant la Gaspésie. Depuis 2016, les partenaires du Circuit électrique peuvent offrir la recharge à tarif horaire sur leurs bornes standards à 240 V afin de mieux répondre aux besoins des membres du réseau.

Pour la première fois, le Circuit électrique fera dès 2017 une incursion hors Québec. Il empruntera quatre grands axes routiers du nord-est de l’Ontario jusqu’à la municipalité de Prescott, en passant par Cornwall, et jusque dans la ville d’Ottawa.

Voir aussi