Vous avez une question, une suggestion ou un commentaire?

Plusieurs moyens sont prévus afin d’échanger avec vous, tout en respectant les contraintes du contexte pandémique actuel.

  • Revenez visiter cette page Web: nous y présenterons l’avancement des études et des solutions proposées.
  • Vous pouvez utiliser la ligne Info-projets indiquée ci-contre. Un membre de l’équipe vous rappellera rapidement.
  • Vous pouvez également utiliser le courriel pour joindre le conseiller Relations avec le milieu attitré au projet.

Ligne Info-projets

Relations avec le milieu – Estrie et Montérégie
1 877 653-1139

Philippe Cyr
Conseiller – Relations avec le milieu – Estrie et Montérégie
Courriel : ramrichelieu@hydro.qc.ca

FAQ

L'hydrogène à Hydro-Québec

Est-ce qu’Hydro-Québec va devenir un producteur d’hydrogène ?

  • C’est le cas effectivement pour ce projet.
  • Hydro-Québec ne sera pas le seul producteur d’hydrogène au Québec.
  • Hydro-Québec pourrait également établir des partenariats avec d’autres entreprises.

Quel rôle Hydro-Québec pourrait-elle jouer dans la filière de l’hydrogène au Québec ?

  • Hydro-Québec est présentement en réflexion quant à la meilleure stratégie à adopter pour que le Québec se positionne mondialement dans cette filière. La stratégie devrait se préciser dans les prochains mois.
  • Hydro-Québec veut contribuer à l’accélération d’une économie de l’hydrogène vert au Québec et aider le Québec à se positionner dans cette nouvelle filière.
  • Nous pourrions produire de l’hydrogène, mais pourrions également mettre à profit la recherche et le développement, notre expertise et notre savoir-faire dans le secteur des énergies renouvelables.
  • Nous pourrions aussi créer des partenariats avec d’autres entreprises dans cette filière, ou simplement leur vendre notre électricité.

Est-ce que ce rôle apportera des avantages aux Québécois ?

  • Le développement d’une filière de l’hydrogène vert au Québec permettra :
    • de favoriser le développement économique et la création d’emplois au Québec ;
    • d’améliorer la balance commerciale par la réduction des combustibles fossiles importés ;
    • de réduire les émissions de GES ; et
    • d’accroître la résilience de nos systèmes énergétiques.

Ne vaudrait-il pas mieux électrifier directement l’économie plutôt que d’utiliser de l’électricité pour produire de l’hydrogène, avec les pertes d’énergie liées à ce procédé ?

  • Tout ne peut pas être électrifié (transport lourd, métallurgie, par exemple). L’hydrogène vert permettra de remplacer les combustibles fossiles dans ces utilisations de l’énergie.
  • La filière de l’hydrogène vert est en développement et il est pertinent de s’y intéresser. Nous allons choisir nos projets afin d’optimiser l’utilisation de notre énergie disponible.

Que fait-on avec l’hydrogène? Quels sont les usages les plus prometteurs à court, moyen et long terme ?

  • Certains secteurs d’intérêt pour l’hydrogène vert sont plus prometteurs à l’horizon 2030 au Québec :
    • Mobilité – L’hydrogène vert comme matière première renouvelable pour produire des carburants synthétiques carboneutres (biocarburants, par exemple le diesel, le kérosène ou l’éthanol) pour la mobilité [transport maritime, transport aérien].
    • Transport intensif et lourd – L’hydrogène vert peut servir à alimenter les véhicules électriques à pile à combustible (VÉPC) qui pourraient remplacer les camions actuels [ou les locomotives diesel].
    • Procédés industriels – L’hydrogène vert peut servir de matière première renouvelable pour remplacer l’hydrogène de source fossile dans les procédés industriels traditionnels [sidérurgie, pétrochimie].
    • Chimie verte – L’hydrogène vert peut servir de matière première renouvelable pour remplacer l’hydrogène de source fossile dans les procédés chimiques [méthanol, ammoniac].
  • D’autres secteurs demeurent à approfondir au-delà de l’horizon 2030 pour le Québec :
    • Stockage massif d’énergie – L’hydrogène vert est également une avenue potentielle pour le stockage de grandes quantités d’énergie. Cette énergie stockée pourrait être retransformée en électricité pour alimenter des réseaux autonomes, ce qui réduirait leurs émissions de GES, ou encore couvrir les périodes de pointe hivernale.
    • Production de chaleur – L’hydrogène vert peut être injecté directement dans le réseau gazier ou être combiné à du CO2 capté pour produire du gaz naturel renouvelable (GNR).

Qu’est-ce que l’hydrogène vert ?

  • Généralement, on distingue l’hydrogène gris, l’hydrogène bleu et l’hydrogène vert en fonction de la manière dont ils sont produits.
  • L’hydrogène gris est le plus répandu à l’heure actuelle : il est produit à partir de combustibles fossiles, et généralement issu d’un procédé dit de « vaporeformage » du gaz naturel.
  • L’hydrogène bleu est issu du même procédé que l’hydrogène gris, mais sa production est jumelée à une technologie de capture et de séquestration des émissions de carbone du procédé.
  • L’hydrogène vert, quant à lui, est produit par électrolyse de l’eau à partir d’électricité renouvelable. Le procédé de fabrication n’émet ainsi pas de GES.