En juillet 2015, en réponse à la Stratégie gouvernementale de développement durable 2015-2020 [PDF 2,6 Mo], nous avons fait paraître notre troisième Plan d’action de développement durable. Par nos actions, nous voulons contribuer à la mise en œuvre de cette stratégie, de la Stratégie pour assurer l’occupation et la vitalité des territoires et de l’Agenda 21 de la culture du Québec.

Suivi du plan d’action de développement durable 2015-2020

  • Action associée à la mise en œuvre de la Stratégie pour assurer l’occupation et la vitalité des territoires.
  • Action associée à la mise en œuvre de l’Agenda 21 de la culture du Québec.

Action 1 : Réaliser des projets hydroélectriques

Indicateur : Puissance cumulée disponible liée à la réalisation du complexe de la Romaine

Résultat 2018 : 1 305 MW

Cible 2015 Cible 2016 Cible 2017 Cible 2018 Cible 2019 Cible 2020
Puissance (MW) 640 910 1 305 1 305 1 305 1 550

En 2018, les travaux de construction du complexe de la Romaine se sont poursuivis en Minganie (Côte-Nord). Les centrales de la Romaine-2, de la Romaine-1 et de la Romaine-3 ayant été mises en service respectivement en 2014, en 2015 et en 2017, nos équipes se sont concentrées sur l’édification de la centrale de la Romaine-4 (245 MW), qui sera mise en service en 2021.

À la centrale de la Romaine-3, le bétonnage du bouchon de la galerie de dérivation ainsi que la fermeture du campement des Murailles se sont poursuivis. À la centrale de la Romaine-4 (245 MW), les travaux ont progressé : mise en eau de la galerie de dérivation, construction des batardeaux amont et aval, fin des travaux d’injection des rives du barrage, fin de l’excavation et début du bétonnage de la prise d’eau et de l’évacuateur de crues ainsi que poursuite des travaux d’excavation à la centrale.

Action 2 : Augmenter la puissance de centrales hydroélectriques existantes

Indicateur : Gains cumulés au titre de la puissance additionnelle disponible à la pointe

Résultat 2018 : 61,5 MW

Cible 2015 Cible 2016 Cible 2017 Cible 2018 Cible 2019 Cible 2020
Puissance (MW) 36 42 54 60 60 60

En Abitibi-Témiscamingue, la centrale des Rapides-des-Quinze a enregistré des gains en puissance de 6,6 MW à la pointe de l’hiver 2017-2018, à la suite du remplacement d’une de ses roues de turbine. L’amélioration des performances de cet équipement permet de produire 23,8 GWh d’énergie additionnelle chaque année.

Action 3 : Poursuivre les actions en efficacité énergétique

Indicateur : Nouvelles économies d’énergie annuelles (GWh)

Résultat 2018 : 455 GWh

Cible 2015 Cible 2016 Cible 2017 Cible 2018 Cible 2019 Cible 2020
Nouvelles économies d’énergie annuelles (GWh) 500 500 500 500 500 500

Grâce à la participation des clients aux différents programmes en efficacité énergétique, les économies d’énergie en 2018 ont atteint 455 GWh : 207 GWh pour le marché résidentiel, 3 GWh pour les réseaux autonomes et 245 GWh pour le marché d’affaires. À la suite d’interventions ciblées, Hydro-Québec a vu diminuer de 296 MW la demande de puissance sur la période 2018-2019, une baisse surtout attribuable à la participation de la clientèle commerciale et institutionnelle.

Action 4 : Poursuivre les efforts dans le domaine de l’électrification des transports au Québec

  • Indicateur : Nombre de bornes de recharge du Circuit électrique en service et nombre de régions desservies
  • Indicateur : Ententes de partenariat de recherche-développement
  • Indicateur : Nombre de brevets détenus

Résultats 2018 : 1 647 bornes dans 16 régions, 2 ententes, 533 brevets détenus

Cible 2015 Cible 2016 Cible 2017 Cible 2018 Cible 2019 Cible 2020
Nombre de bornes déployées - 800 1 100 - - 2 500

Lancé en 2012, le Circuit électrique regroupe 315 partenaires et compte 1 647 bornes de recharge au Québec. Au 31 décembre 2018, ses 1 484 bornes à 240 V et ses 163 bornes à 400 V (recharge rapide) étaient réparties dans 16 des 17 régions administratives du Québec.

Le Centre d’excellence en électrification des transports et en stockage d’énergie joue un rôle majeur dans la recherche, la conception et le développement de matériaux de batteries ainsi que dans la commercialisation des brevets afférents. Ces travaux portent sur les composants physiques de batteries Li-ion à forte densité de puissance et d’énergie destinées aux véhicules électriques et au stockage d’énergie de grande capacité. Parmi les ententes de partenariat en vigueur, trois ont trait à l’électrification des transports. Hydro-Québec possède également 533 brevets liés au stockage et à la conversion d’énergie.

Action 5 : Mieux faire connaître les connaissances acquises lors des études environnementales réalisées par Hydro-Québec

Indicateur : Nombre de documents publiés sur le Web

Résultat 2018 : 4

Cible 2015 Cible 2016 Cible 2017 Cible 2018 Cible 2019 Cible 2020
Nombre de documents 2 2 2 2 2 2

Dans le cadre de ses projets, Hydro-Québec réalise des études d’impact sur l’environnement depuis de nombreuses années. Les publications suivantes ont paru en 2018 :

  1. Boreal river impoundments caused nearshore fish community assemblage shifts but little change in diversity: a multiscale analysis. Article scientifique portant sur la régulation du débit des rivières et la création de réservoirs en milieu boréal.
  2. Juvenile lake sturgeon monitoring and determinants of year‐class strength in the Rupert River, mid‐northern Québec, Canada. Article scientifique présentant les résultats de suivis environnementaux et d’analyses effectués pour expliquer les variations observées de l’abondance des jeunes esturgeons après la dérivation partielle de la rivière Rupert.
  3. Complexe La Grande. Évolution de l’emprise de la couverture de glace de la baie James entre 1970 et 2016. Portrait de l’évolution de la couverture de glace de la baie James sur la période 1970-2016. Le but : observer s’il y a lieu des changements notables du régime des glaces et déterminer si ces changements peuvent être reliés aux modifications hydrologiques associées à la production hydroélectrique ou aux changements climatiques.
  4. Modelling CO2 emissions from water surface of a boreal hydroelectric reservoir. Portrait de l’évolution des émissions de GES d’un réservoir sur une période de 100 ans, sous l’effet des changements climatiques. L’objectif est de voir comment les changements climatiques influencent les émissions de GES des réservoirs en zone boréale.

Action 6 : Poursuivre la protection et la mise en valeur du patrimoine bâti, technologique et intangible de l’entreprise

Indicateur : Nombre de mesures réalisées d’ici 2020

Résultat 2018 : 7

Cible 2020
Nombre de documents 2

Hydro-Québec a mené des actions et fait paraître des publications en 2018 dans un but de protection et de mise en valeur du patrimoine bâti, technologique et intangible. En voici quelques-unes :

  • la parution d’une étude portant sur l’évaluation comparative du patrimoine bâti et technologique d’aménagements hydroélectriques ;
  • la promotion de ses centres d’appels, sous un angle historique et organisation d’une visite du centre d’exploitation de distribution et du centre de coordination du réseau de distribution ;
  • la mise en ligne de deux expositions intitulées Janvier verglacé, sur le grand verglas de 1998, et Le gardien de la rivière Saint-Maurice, sur le barrage Gouin. Ces expositions comprennent des bribes d’histoire, des photos d’archives, des objets de la Collection historique d’Hydro-Québec, etc. ;
  • la parution de quatre Cahiers du patrimoine, remis aux visiteurs de l’édifice Jean-Lesage et de trois centrales hydroélectriques : Carillon, Rivière-des-Prairies et Première-Chute ;
  • une publicité sur le patrimoine et les visites d’installations ;
  • la mise en place de l’application mobile Rallyes des visites, afin de faire découvrir les aménagements de Beauharnois et de Manic-5 ;
  • la mise en valeur d’objets de la Collection historique d’Hydro-Québec sur les médias sociaux – Facebook et Twitter.

Action 7 : Renforcer les pratiques de gestion écoresponsable

  • Indicateur : Émissions annuelles de GES du parc de véhicules légers (t éq. CO2)
  • Indicateur : Nombre d’appels effectués en vidéoconférence annuellement
  • Indicateur : Proportion d’imprimantes munies de la fonction d’impression écosécurisée

Résultats 2018 : 21 296 t éq. CO2, 17 074 appels, 18,4 %

Cible 2015 Cible 2016 Cible 2017 Cible 2018 Cible 2019 Cible 2020
Émissions (t éq. CO2) 25 360 25 360 24 733 24 590 24 446 24 032
Nombre d’appels 4 360 4 430 4 500 4 650 4 650 4 720
Proportion d’imprimantes (%) s.o. s.o. s.o. s.o. s.o. 15 %

En 2018, les émissions de GES du parc de véhicules légers ont diminué de 26 % par rapport à 2009 et de 1,5 % par rapport à 2017 (21 532 t éq. CO2). Au 31 décembre, le parc de véhicules comptait 5 236 véhicules, dont 1 583 véhicules lourds. Les émissions des véhicules lourds ont augmenté de 3,3 % par rapport à 2009 et de 3,5 % par rapport à 2017 (29 531 t éq. CO2).

Le parc compte 294 véhicules légers hybrides ou rechargeables. L’objectif est 500 d’ici 2020. Au nombre des véhicules lourds :

  • depuis 2017, acquisition de 26 nouveaux camions-fourgons équipés d’un groupe électrogène d’appoint rechargeables ;
  • projet d’achat de 15 nouveaux camions nacelles hybrides, actuellement en construction.

Les déplacements d’affaires des membres de la Haute direction ont généré 40 t éq. CO2 en 2018. Ces émissions ont été compensées.

La cible d’appels en vidéoconférence établie pour 2020 est dépassée depuis longtemps. Le déploiement de la vidéoconférence se poursuivra au cours des prochaines années, de même que les efforts de sensibilisation du personnel à l’utilisation de ce moyen de communication – qui permet de réduire les coûts, les déplacements et les émissions de GES.

Le service d’impression écosécurisée permet d’optimiser le parc d’imprimantes, de réduire la consommation de papier et de fournitures et d’assurer une confidentialité accrue. En 2018, il a permis d’éviter 1,8 millions d’impressions. Le parc d’imprimantes bureautiques visé par cet indicateur compte 625 imprimantes écosécurisées (542 en 2017) sur un total de 3 399 imprimantes (3 383 en 2017). Parmi ces dernières, 2 152 sont écosécurisables.

Action 8 : Poursuivre les mesures visant à prendre en compte et à protéger la biodiversité et les services écosystémiques

Indicateur : Nombre de mesures novatrices appliquées annuellement pour prendre en compte et protéger la biodiversité et les services écosystémiques

Résultat 2018 : 5

Cible 2015 Cible 2016 Cible 2017 Cible 2018 Cible 2019 Cible 2020
Proportion d’imprimantes (%) 5 5 5 5 5 5

Conformément aux orientations gouvernementales, Hydro-Québec poursuit ses efforts dans la prise en compte et la protection de la biodiversité et des services écosystémiques. Cinq actions novatrices ont été mises de l’avant en 2018.

  • Prise en compte des périodes de migration du caribou dans la planification des déversements au moyen de l’évacuateur de crues Duplanter. (Côte-Nord)
  • Conception et installation d’un mécanisme de blocage de la vanne de la prise d’eau à la centrale de la Sainte-Marguerite-3. Ce dispositif empêche l’accès des corégones à un vide technique, qui causait la mort de centaines d’individus chaque automne. (Côte-Nord)
  • Élaboration d’une méthode aidant à comprendre la résilience des milieux humides dans les emprises de lignes de transport.
  • Réalisation de divers outils permettant d’améliorer le potentiel d’utilisation des emprises de lignes de transport par les pollinisateurs indigènes.
  • Réalisation d’une étude portant sur les oiseaux migrateurs nichant dans les emprises de lignes de transport. La nouveauté de la méthode réside dans l’examen des caractéristiques des nids d’oiseaux au début de l’automne.

Action 9 : Optimiser la prise en compte des principes de développement durable dans les projets et activités

Indicateur : Nombre de projets ou activités ayant fait l’objet d’une analyse annuellement

Résultat 2018 : 1

Cible 2015 Cible 2016 Cible 2017 Cible 2018 Cible 2019 Cible 2020
Proportion d’imprimantes (%) 1 1 1 1 1 1

Hydro-Québec applique depuis longtemps les principes du développement durable à ses projets et activités, notamment les projets de construction et de réhabilitation et les activités d’exploitation et de maintenance. Chaque projet est soumis aux conditions suivantes : la rentabilité, l’acceptabilité environnementale et l’accueil favorable des populations locales. Tenant compte de la volonté gouvernementale de renforcer l’application des principes de développement durable aux actions structurantes, l’entreprise procède graduellement à une analyse de ses projets et activités significatifs sous l’angle des principes du développement durable.

En 2018, Hydro-Québec a réalisé l’analyse spécifique du projet de construction de ligne à 735 kV Micoua-Saguenay. Cet exercice a permis de constater que les 16 principes de développement durable de la Loi sur le développement durable du Québec sont appliqués.

Par ailleurs, ce projet tient compte notamment de la santé et de la qualité de vie des populations limitrophes, de la protection de l’environnement et de la participation des collectivités locales. Il comporte également de nombreuses mesures d’atténuation.

Action 10 : Favoriser l’intégration et l’accueil favorable des équipements du réseau d’Hydro-Québec

Indicateur : Proportion de MRC auprès desquelles le programme d’information à été diffusé (%)

Résultat 2018 : 44 %

Cible 2020
Proportion de MRC (%) 90

Hydro-Québec diffuse un programme d’information auprès des instances municipales (aménagistes et urbanistes) pour mieux faire connaître le réseau électrique et la place qu’il occupe dans le développement du territoire. Ce programme permet de nombreuses échanges ainsi que l’amélioration des connaissances et des approches à préconiser lors de l’élaboration des instruments de planification et d’aménagement du territoire, tels que les plans métropolitains, les schémas d’aménagement et les plans d’urbanisme.

Action 11 : Intégrer la notion de cycle de vie à la démarche d’innovation

Indicateur : Nombre de projets dans lesquels les principes de développement durable et d’éco-innovation ont été appliqués

Résultat 2018 : 1

Cible 2015 Cible 2016 Cible 2017 Cible 2018 Cible 2019 Cible 2020
Nombre de projets 1 1 1 1 1 1

Afin de réduire son empreinte environnementale et d’augmenter l’acceptabilité sociale de ses innovations technologiques, Hydro-Québec entend intégrer les principes du développement durable à sa démarche d’innovation. En 2018, elle a lancé un projet de construction de deux parcs solaires expérimentaux en utilisant l’approche du cycle de vie.

Les deux parcs s’inscriront dans la production centralisée d’Hydro-Québec et seront testées au cours des trois prochaines années quant à l’intégration de leur production au réseau. Une fois intégrées, ces nouvelles usines de production seront aussi l’occasion d’offrir de nouveaux services fondés sur les nouvelles technologies, de profiter des opportunités de nature environnementale tenant compte des échanges entre le Québec et les juridictions voisines et également d’accroître la flexibilité du réseau. Pour ce faire, il faudra réaliser une étude d’impact détaillée.

Le premier parc solaire servira de banc d’essai pour évaluer et comparer les impacts environnementaux du cycle de vie attribuables aux systèmes de production d’énergie solaire. De plus, les impacts environnementaux (qualité des écosystèmes, changements climatiques, ressources et santé humaine) du cycle de vie seront calibrés selon la disponibilité de la ressource solaire au Québec.

Le second parc solaire servira à développer un modèle dans le but d’évaluer à court terme des impacts environnementaux reliés aux conséquences de l’intégration de la production issue d’une centrale solaire.

Action 12 : Maintenir l’état des connaissances sur l’analyse du cycle de vie de l’électricité distribuée au Québec

Indicateur : Nombre de mises à jour des données d’inventaire du cycle de vie du bouquet d’énergie électrique du Québec par année

Résultat 2018 : 1

Cible 2015 Cible 2016 Cible 2017 Cible 2018 Cible 2019 Cible 2020
Nombre de projets 1 1 1 1 1 1

Les données relatives à la composition du bouquet d’énergie électrique du Québec ont été communiquées au Centre international de référence sur le cycle de vie des produits, procédés et services (CIRAIG) pour être intégrées à la banque de données d’inventaire du cycle de vie québécoise et à la banque internationale de données ecoinvent. Ces banques permettent aux entreprises québécoises de tirer avantage de la propreté du bouquet d’énergie électrique du Québec et d’utiliser l’analyse du cycle de vie à plusieurs fins : empreinte carbone, déclaration de GES, écoconception, marketing, déclarations environnementales de produits, achats écoresponsables, etc.

Parmi les données mises à jour : le volume total et la provenance de l’électricité produite et achetée (Québec et hors Québec) et exportée en 2016, ainsi que le développement du parc de production ainsi que des réseaux de transport et distribution. Plus précisément, la mise à jour des données comprenait, pour 2016, l’ajout de trois nouveaux parcs éoliens (248 MW de puissance installée) et le prolongement du réseau de transport (20 km) et distribution (536 km).