Électrification des transports

L’électricité occupera une place de plus en plus importante dans les transports collectifs et individuels. Hydro-Québec a les atouts pour contribuer à cette évolution : une énergie propre et renouvelable, un réseau fiable, une expertise reconnue et des technologies d’intérêt.

Le secteur du transport est celui qui émet le plus de gaz à effet de serre (GES) au Québec, soit 35,6 millions de tonnes en 2009. Or, si on remplaçait un million de voitures au Québec par des voitures électriques, on diminuerait les émissions de GES de 3,4 millions de tonnes par année.

Réduire les GES émis par les transports fait donc partie des solutions au problème du réchauffement planétaire. C’est pourquoi Hydro-Québec s’implique de plus en plus dans le développement de la mobilité électrique.

Voir aussi

Des initiatives d’Hydro-Québec pour une mobilité électrique : un plan d’action, quatre pôles

Illustration à titre indicatif Gracieuseté de Bombardier Transport

Soutien financier au développement d’infrastructures électriques pour les transports collectifs

Hydro-Québec participe aux études de faisabilité des sociétés publiques de transport afin de pouvoir déterminer la nature exacte de l’infrastructure électrique nécessaire et les investissements requis pour le volet électrique.

Martin Dontigny, technicien en chimie, note ses observations au sujet d’un nouveau matériau destiné à la fabrication de batteries lithium-ion. À l’arrière-plan, son collègue Vincent Gariépy programme la température du four à traitement thermique utilisé pour synthétiser le matériau en question.

Développement et commercialisation de technologies de pointe

Les chercheurs de l’Institut de recherche
d’Hydro-Québec (IREQ) travaillent au développement de nouveaux matériaux pour les batteries. Ils ont trois objectifs : augmenter la sécurité des batteries, en améliorer la performance et réduire les coûts.

TM4, filiale d’Hydro-Québec, a pour mission de mener au stade industriel et de commercialiser des systèmes de motorisation électrique issus des technologies développées ou mises au point par l’IREQ.

Voiture électrique rechargeable I-Miev.

Essais de voitures électriques sur route et en interface avec le réseau électrique

Hydro-Québec mène des projets visant à démontrer la fiabilité et l’intérêt des véhicules rechargeables. Les essais sur route font partie de ces projets. L’entreprise souhaite demeurer dans le peloton de tête en matière d’intégration des véhicules électriques rechargeables aux réseaux de distribution.

Voiture électrique en recharge à une borne du Circuit électrique.

Planification de l’infrastructure de soutien pour la recharge des véhicules

L’entreprise est un partenaire fondateur du Circuit électrique, premier réseau de bornes de recharge publiques pour véhicules électriques du Québec et du Canada.

Bon à savoir

Énergie propre et renouvelable – 99 % de notre électricité est d’origine hydroélectrique. Les véhicules électriques au Québec font donc le plein d’une énergie propre et renouvelable.

Un réseau électrique robuste – Le réseau d’Hydro-Québec serait déjà en mesure d’alimenter un million de véhicules électriques, soit l’équivalent de 25 % du parc actuel de véhicules du Québec, sans investissement important. La consommation de un million de véhicules électriques correspond à la production d’électricité annuelle d’une centrale hydroélectrique moyenne, comme la centrale de l’Eastmain-1 (507 MW).

Rabais incitatifs – Le gouvernement du Québec offre des rabais incitatifs à l’achat de véhicules électriques rechargeables : jusqu’à 8 000 $ de rabais à l’achat ainsi qu’un crédit d’impôt pour l’achat et l’installation de bornes de recharge de 240 volts à domicile.