Paysage agricole de Cookshire-Eaton en Estrie

État du projet – Juillet 2019

Ce site web a été mis à jour pour la dernière fois en janvier 2018. Nous tenons toutefois à vous informer de ce qui suit :

  • Le gouvernement du Québec et Hydro-Québec ont confirmé en novembre 2017 qu’ils sont prêts à enfouir partiellement la ligne dans le secteur de la Forêt Hereford puisque le projet demeure rentable et qu’un tracé souterrain est techniquement réalisable à cet endroit ;
  • Un tracé préliminaire (présenté dans ce document de novembre 2017) est déjà confirmé pour la portion souterraine. Celui-ci nécessitera toutefois d’être optimisé par la réalisation d’inventaires au terrain ;
  • Le projet a été autorisé en décembre 2017 par le gouvernement du Québec ;
  • Rappelons que le projet avait été retenu dans le cadre d’un appel de propositions de l’État du Massachussets, mais par la suite le Site Evaluation Committee a refusé d’accorder au projet les autorisations nécessaires pour le passage dans le New Hampshire.
  • À la mi-août 2018, Eversource a fait appel du rejet de sa proposition de ligne à la Cour suprême du New Hampshire, et à la mi-octobre ce tribunal a accepté d’entendre l’appel d’Eversource.
  • En juillet 2019, la Cour suprême du New Hampshire a confirmé la décision du Site Evaluation Committee, ce après quoi Eversource a annoncé l’abandon du projet Northern Pass Transmission.

Le présent projet d’Hydro-Québec TransÉnergie vise à accroître la capacité d’échange entre le Québec et la Nouvelle-Angleterre par la construction d’une nouvelle interconnexion qui permettra de relier les réseaux électriques du Québec et du New Hampshire. Il s’agit donc d’une ligne destinée à l’exportation d’électricité vers les États‑Unis.

Les exportations d’Hydro-Québec sur les marchés externes sont rentables et les résultats de ces ventes profitent à l’ensemble de la collectivité québécoise.

Raccordement des deux réseaux

Le projet comprend la construction au Québec d’une ligne de transport à courant continu à 320 kV d’une longueur d’environ 79 km. Cette ligne se prolongera aux États-Unis et permettra de raccorder le poste des Cantons, situé à Val-Joli, au poste de Franklin, dans le sud du New Hampshire. Il est possible d’obtenir plus d’informations concernant le projet au New Hampshire en visitant le site de Northern Pass.

Le projet au Québec comprend également l’ajout d’équipements au poste des Cantons qui permettront de convertir le courant alternatif en courant continu pour alimenter la ligne projetée. Aucune modification de l’enceinte actuelle du poste des Cantons ne sera nécessaire.

Zone d’étude

Du point de départ de la ligne projetée, le poste des Cantons, à Val-Joli, jusqu’au secteur de traversée de la frontière entre le Québec et le New Hampshire, la zone d’étude couvre 571 km2. La partie nord et la partie centrale de la zone d’étude se trouvent sur le plateau appalachien, en territoire agroforestier, alors que la partie sud rejoint les contreforts des montagnes Blanches. On trouve une plus grande concentration de population sur le plateau appalachien que dans la zone frontalière.

La zone d’étude couvre une partie du territoire de trois municipalités régionales de comté (MRC), soit les MRC du Val-Saint-François, du Haut-Saint-François et de Coaticook. À l’intérieur de ces MRC, la zone d’étude recoupe le territoire des municipalités suivantes : Val-Joli, Stoke, Ascot Corner, Cookshire-Eaton, Saint-Isidore-de-Clifton, Martinville, Sainte-Edwidge-de-Clifton, Saint-Malo, Saint-Venant-de-Paquette, East Hereford et Saint-Herménégilde.

Voir aussi