Dans les années 1920, plus de 80 centrales font leur apparition sur les cours d’eau du Québec, ce qui entraîne une multiplication par cinq de la production. Des centaines d’entreprises d’électricité voient le jour, mais quelques-unes seulement survivront pour former de puissants monopoles régionaux. À Montréal, la Montreal Light, Heat and Power Consolidated élimine rapidement toute concurrence tandis qu’en Mauricie, la Shawinigan Water and Power Company fait de l’aménagement du Saint-Maurice la pierre d’assise d’un vaste complexe industriel.

1898

Naissance de la Shawinigan Water and Power Company

Des promoteurs américains obtiennent les lettres patentes de la Shawinigan Water and Power Company. J.E. Aldred, un financier de Boston, jette ainsi les bases d’une entreprise qui deviendra l’un des empires industriels les mieux diversifiés de la première moitié du 20e siècle au Québec. C’est à un jeune ingénieur originaire de Boston, Julian C. Smith, qu’on attribue la conception remarquable de l’aménagement de la rivière Saint-Maurice, une réussite technique et la clé de voûte des succès financiers de la Shawinigan Water and Power Company (SW&P).

« La Shawinigan », comme on l’appelait familièrement, multiplie les initiatives pour exploiter le plus rapidement possible le plein potentiel du Saint-Maurice, malgré son éloignement des grands centres de consommation :

  • Elle attire en Mauricie des industries fortes consommatrices d’électricité : pâtes et papiers, aluminium, produits chimiques.
  • Elle met au point un mode de tarification à prix décroissant, question de stimuler la consommation.
  • Elle investit dans d’autres entreprises et diversifie ses activités pour accélérer la mise en valeur du potentiel du Saint-Maurice.
  • Elle étend graduellement son territoire en achetant les entreprises concurrentes qu’elle trouve sur son passage ; elle prend des participations importantes dans d’autres entreprises d’électricité comme la Quebec Power Company et Southern Canada Power.
  • Elle exporte une partie de sa production vers le marché de Montréal ; en 1903, elle est la première entreprise en Amérique du Nord à construire une ligne de transport à 50 kilovolts – une tension record – sur des poteaux en bois, d’une longueur de près de 120 kilomètres.
  • La renommée de la Shawinigan Water and Power Company passe rapidement les frontières. Dès 1919, la société crée une entreprise de génie-conseil, la Shawinigan Engineering Company Limited, afin d’exporter son savoir-faire aux États-Unis et en Angleterre.
  • Dans les années 50, la SW&P commence à s’intéresser au marché agricole alors qu’on assiste à un fort mouvement de regroupement et de mécanisation des fermes. Elle recrute une équipe d’agronomes francophones afin de promouvoir l’électrification accélérée des fermes et de rendre ainsi ce marché plus lucratif.

Considérée jadis comme le fleuron du parc hydroélectrique de la Shawinigan Water and Power Company, la centrale de Shawinigan-2 est ouverte aux visiteurs. Venez explorer ce site unique !

L’aménagement du Saint-Maurice s’étale sur près de 50 ans. Remarquables à la fois par leur ingéniosité et leur architecture, huit centrales assurent l’exploitation du plein potentiel de la rivière, soit les centrales de Shawinigan-1 (érigée en 1901 et démantelée en 1949), de Shawinigan-2, de La Gabelle, de Grand-Mère (construite en 1916 par la Laurentian Power Company et acquise en 1925 par la Shawinigan Water and Power Company), de Rapide-Blanc, de La Tuque, de Shawinigan-3, de La Trenche et de Beaumont. Construit en 1917 par la Commission des eaux courantes de Québec, le barrage Gouin assure la régularisation du débit de la rivière Saint-Maurice.

Diaporama

Le contenu qui suit est un diaporama d'images sur : L’année 1898

  • La centrale de Grand-Mère, sur le Saint-Maurice, était équipée des groupes turbines-alternateurs les plus puissants du pays en 1916. La centrale a changé de propriétaire en 1929, lorsque la Laurentide Power Company a été achetée par la Shawinigan Water and Power Company.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Insigne en métal porté par les employés de la Shawinigan Water and Power Company dans les années 1950.

    Collection historique d’Hydro-Québec
    2005.0114

  • Casque de protection utilisé par un monteur de lignes de la Shawinigan Water and Power Company dans les années 1950.

    Collection historique d’Hydro-Québec
    2004.0041

  • Cette plaque de la Shawinigan Water and Power Company indique la tension et prévient le public du risque d’accident électrique.

    Collection historique d’Hydro-Québec
    1998.0071

  • Les plaques d’identification des poteaux électriques sont fixées à l’aide de clous dateurs. Celui-ci est embossé avec les initiales de la Shawinigan Water & Power Company et l’année de l’installation du poteau.

    Collection historique d’Hydro-Québec
    2004.0254

  • La Shawinigan Water and Power Company offrait divers cadeaux à ses employés pour les récompenser et pour entretenir leur sentiment d’appartenance à l’entreprise.

    Collection historique d’Hydro-Québec
    2004.0152

  • Voltmètre datant de la fin du 19e siècle, marqué des initiales de la Shawinigan Water and Power Company. Ce type d’appareil de mesure sert à vérifier la tension des équipements dans les postes et les centrales électriques.

    Collection historique d’Hydro-Québec
    1997.0118

  • Emblème de la Shawinigan Water and Power Company.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Construite par la Shawinigan Water and Power Company, la centrale de Shawinigan-2 a commencé à produire de l’électricité en 1911. Toujours en service aujourd’hui, elle est ouverte aux visiteurs.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Siège social de la Shawinigan Water and Power Company à Montréal, en 1951.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • La centrale de Shawinigan-2 a été érigée en deux phases : la centrale de Shawinigan-2A, en 1911 (photo) et la centrale de Shawinigan-2B, en 1922. La première comporte des détails empruntés au style Beaux-Arts. Dans les années 1990, Hydro-Québec a rafraîchi son enveloppe extérieure tout en préservant ses caractéristiques architecturales d’origine.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Vue en élévation de la façade principale de la centrale de Shawinigan-2A, dessinée en 1911.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Ancienne salle de commande de la centrale de Shawinigan-2. Utilisée jusqu’en 2000, cette salle de commande est la pièce de résistance du circuit d’interprétation de la centrale de Shawinigan-2.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Plan d’aménagement de la ville de Shawinigan, réalisé en 1899 pour le compte de la Shawinigan Water and Power Company. Il s’agit de l’un des premiers plans d’urbanisme produits au Canada.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Vue du complexe hydroélectrique de Shawinigan sur la rivière Saint-Maurice, en 1911. À gauche, la centrale de Shawinigan-1, mise en service en 1901, démantelée dans les années 1950. En face, masquant partiellement celle-ci, on aperçoit la petite centrale de la Northern Aluminium Company, mise en service en 1901. Le bâtiment a été restauré au début des années 1990. À droite, la centrale de Shawinigan-2, mise en service en 1911, puis agrandie en 1922.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Carte du réseau de distribution de la Shawinigan Water and Power Company en 1927.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Centrale de Shawinigan-2.

Retour haut de page

1901

L’électricité supplante le gaz !

Sous l’impulsion de Herbert Samuel Holt, on assiste à la fusion de la Montreal Gas Company et de la Royal Electric Company. Holt jette ainsi les bases de ce qui deviendra un vaste empire industriel et financier : la Montreal Light, Heat and Power Company. Devant l’immense possibilité d’expansion qu’offre le marché de l’électricité, Holt parvient à fusionner les concurrents traditionnels : le gaz et l’électricité. Monopole arrogant, la Montreal Light, Heat and Power refuse systématiquement toute forme de collaboration avec les commissions d’enquête ou les organismes mis sur pied par le gouvernement pour tenter de réglementer le commerce de l’électricité.

La centrale de la Rivière-des-Prairies et la centrale de Beauharnois font partie des grandes réalisations de la Montreal Light, Heat and Power Consolidated. Ces deux centrales au fil de l’eau sont ouvertes au public et elles sauront vous éblouir lors de votre prochaine visite.

Diaporama

Le contenu qui suit est un diaporama d'images sur : L’année 1901

  • Le siège social de la Montreal Light, Heat and Power Company, au 107, rue Craig (aujourd’hui Saint-Antoine), à Montréal. Démoli depuis, l’immeuble témoignait alors de la puissance et de la prospérité d’une entreprise qui détenait un monopole sur l’électricité, le gaz et le tramway.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • La centrale de la Rivière-des-Prairies et son évacuateur de crues.

  • La salle de commande de la centrale de la Rivière-des-Prairies dans les années 1960.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • La centrale de la Rivière-des-Prairies et son ancien évacuateur de crues, en 1965.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Intérieur de la centrale de la Rivière-des-Praries. Celle-ci a été construite entre 1928 et 1930, à l’initiative de la Montreal Island Power Company, qui a été absorbée par la Montreal Light, Heat and Power Consolidated avant la fin des travaux. L’ouvrage se trouve près du site patrimonial du Sault-au-Récollet, qui a abrité plusieurs moulins, dont le plus ancien remonte au début du 18e siècle.

  • Magasin de la Montreal Light, Heat and Power Consolidated.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Téléphonistes au travail sous la surveillance étroite d’une opératrice en chef. Jouant un rôle indispensable dans l’établissement des appels, les téléphonistes devaient faire preuve d’une patience, d’une concentration et d’une courtoisie à toute épreuve.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Des employés de la Montreal Light, Heat and Power Consolidated posent fièrement dans les années 1930 aux côtés d’une nouvelle presse automatique capable d’imprimer 5 000 feuilles à l’heure. L’entreprise imprimait elle-même son rapport annuel et un journal, entre autres documents.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Employés du service de facturation de la Montreal Light, Heat and Power Company, dans les bureaux du « Power Building », en 1909. Le télégraphe était encore en usage, mais on remarque la présence d’un téléphone. La jeune employée est probablement célibataire, car les carrières féminines prenaient fin avec le mariage à cette époque.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Ces arpenteurs de la Montreal Light, Heat and Power Company posent avec leurs instruments de travail : théodolites, mires et niveaux à lunette.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • La cafétéria du « Power Building », le siège social de la Montreal, Light Heat and Power Consolidated.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • L’atelier de menuiserie de la Montreal Light, Heat and Power Consolidated.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Des employés de la Montreal Light, Heat and Power Consolidated à bord d’un véhicule de l’entreprise.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Cette plaque d’inauguration est un des derniers témoins de la centrale de Chambly, dont la construction s’amorce en 1897 et mise en service en 1899.

    Collection historique d’Hydro-Québec
    1999.0005

  • Construction de la centrale de Chambly en octobre 1897. L’apparence de cette première usine hydroélectrique sur la rivière Richelieu est inspirée du style industriel rationaliste qui est apparu dans la deuxième moitié du 19e siècle. La centrale a été démolie en 1964.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • La plaque de cet ampèremètre porte la mention Property of Quebec-New-England Hydro Electric Corporation. C’est la seule trace matérielle connue de cette entreprise, qui a été fondée en 1912, puis absorbée dès 1922 par la United Securities, elle-même rachetée par la Montreal Light, Heat and Power Consolidated en 1926.

    Collection historique d’Hydro-Québec
    1996.0102

  • La construction de la centrale des Cèdres sur le fleuve Saint-Laurent démarre en 1912. La centrale vend la majeure partie de sa production à l’Aluminium Company of America, aux termes du premier contrat d’exportation d’électricité conclu au Québec.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Mise en service en 1914, la centrale des Cèdres est toujours en exploitation.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

Retour haut de page

1906

Le « modèle ontarien » trouve preneur au Québec

Au tournant du 20e siècle, un fort courant de municipalisation des réseaux de distribution d’électricité se dessine en Ontario. Le 14 mai 1906, Adam Beck, homme d’affaires averti et politicien influent, fait adopter par la législature ontarienne une loi qui crée la Hydro Electric Power Commission of Ontario (HEPCO) ou Ontario Hydro. Au départ, le modèle d’organisation est simple : la production de l’électricité est laissée au secteur privé, le transport est assuré par la Commission, et la distribution est prise en charge par les municipalités. Le « modèle ontarien » trouve preneur au Québec ; en effet, plusieurs villes choisissent de municipaliser les services d’électricité sur leur territoire. Nombre d’entre elles accepteront l’offre d’achat d’Hydro-Québec, à compter de 1963, mais les neuf villes suivantes préféreront conserver leur réseau municipal de distribution : Alma, Amos, Baie-Comeau, Coaticook, Joliette, Jonquière, Magog, Sherbrooke et Westmount.

Retour haut de page

1908

Enfouissement des fils et esthétique urbaine

Les entreprises désireuses de se tailler une place dans le lucratif marché de l’éclairage public se multiplient. Les fils s’entrecroisent, et les rues de Montréal s’enlaidissent. Pour remédier à cette situation et pour protéger son réseau d’électricité contre les intempéries et les rigueurs de l’hiver, Montréal devient l’une des premières villes d’Amérique du Nord à se doter d’une politique d’enfouissement des fils dès le début du siècle. Rigueur du climat et esthétique urbaine obligent.

Diaporama

Le contenu qui suit est un diaporama d'images sur : L’année 1908

  • Au début du 20e siècle, malgré l’existence d’une politique officielle en faveur de l’enfouissement des fils, une multitude de poteaux chargés de lignes téléphoniques, télégraphiques ou électriques encombrent les rues de Montréal.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • La Montreal Light, Heat and Power Consolidated a été nationalisée en 1944, mais le réseau de distribution montre encore des traces de son existence. Cette plaque d’identification, qui porte les initiales de l’entreprise, a été retirée d’un poteau électrique du chemin Laval, dans l’arrondissement Saint-Laurent, en 1996.

    Collection historique d’Hydro-Québec
    2004.0375

  • Le boulevard Saint-Laurent à Montréal, mai 1921.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Des employés de la Montreal Light, Heat and Power Consolidated transportent un poteau électrique.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

Retour haut de page

1922

La société Alcan au Lac-Saint-Jean

Deux industriels et financiers de renom, William Price et James Duke, s’associent pour lancer un projet d’aménagement d’une puissante centrale hydroélectrique à l’île Maligne, à la tête de la rivière Saguenay. L’objectif consiste à répondre aux besoins de leurs propres usines de pâtes et papiers, mais également à alimenter l’aluminerie qui s’établit dans la région.

C’est surtout pour satisfaire ses besoins croissants qu’Alcan aménagera, au cours des 40 années qui suivront, les centrales de la Chute-à-Caron, de Shipshaw, de la Chute-du-Diable, de la Chute-à-la-Savanne et de la Chute-des-Passes.

Retour haut de page

1926

L’aménagement de la Gatineau, une nécessité pour l’industrie des pâtes et papiers

À l’initiative de la Canadian International Paper Co., la Gatineau Power Company est formée pour aménager et exploiter des centrales sur les rivières Gatineau et des Outaouais. Au fil des ans, la Gatineau Power acquiert toutes les petites centrales existantes sur l’Outaouais et ses affluents. Le parc de production de la Gatineau Power Company comprendra, notamment, les centrales du Corbeau, de Chelsea, de Paugan et des Rapides-Farmer. Cette dernière, située à Gatineau, produit de l’électricité depuis 1927. Véritable joyau de l’histoire de l’Outaouais, elle est ouverte au public.

Diaporama

Le contenu qui suit est un diaporama d'images sur : L’année 1926

  • La centrale des Rapides-Farmer est un exemple d’architecture industrielle rationaliste. Construite en 1926, elle est toujours en exploitation.

  • Vue intérieure de la centrale des Rapides-Farmer, en 1928.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • La centrale des Rapides-Farmer et son déversoir, en 1928.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Testeur de relais de protection portable utilisé à la centrale des Rapides-Farmer. L’appareil amplifie le contact du relais pour déclencher le disjoncteur.

    Collection historique d’Hydro-Québec
    1996.0035

  • En 1927, la Gatineau Power Company réalise son projet d’aménagement hydroélectrique le plus ambitieux, soit la construction de la centrale de Paugan, sur la rivière Gatineau. L’enveloppe de la centrale emprunte au style Beaux-Arts, avec une touche Art déco.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Étage des alternateurs de la centrale de Paugan. À droite du premier groupe, on aperçoit le régulateur de vitesse, qui maintient la rotation de la turbine à une vitesse constante.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Étage des alternateurs de la centrale de Paugan.

  • Vue générale de la centrale de Paugan.

  • Annonciateur utilisé à la centrale de Paugan jusqu’aux années 1990 environ. Les opérateurs dans la salle de commande allumaient ou éteignaient les ampoules pour indiquer quels groupes turbines-alternateurs tournaient ou non.

    Collection historique d’Hydro-Québec
    1996.0145

  • Magasin de la Gatineau Electric Light, à Vaudreuil. Les entreprises d’électricité n’hésitaient pas à se lancer dans la vente d’appareils domestiques électriques pour inciter les consommateurs à adopter cette forme d’énergie.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Centrale de Chelsea.

  • Étage des alternateurs de la centrale de Chelsea.

  • Vue intérieure de la centrale de Chelsea, en 1928.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

Retour haut de page

1929

Un projet grandiose sur le Saint-Laurent

En août 1929, Robert Oliver Sweezey entreprend les travaux d’aménagement d’une centrale au fil de l’eau sur le Saint-Laurent, à la hauteur de Beauharnois. Mais l’effondrement de la Bourse de New York, le jeudi noir du 24 octobre, et la crise économique qui s’ensuit compromettent sérieusement le rêve de Sweezey. Les difficultés financières s’accumulent. Les scandales politiques liés à la réalisation du projet entachent la crédibilité de l’ingénieur. Puis, coup de théâtre ! Le gouvernement de l’Ontario refuse de respecter les conditions d’un contrat signé entre Ontario Hydro et la Beauharnois Light, Heat and Power en vue de l’achat d’une importante quantité d’énergie produite à la centrale de Beauharnois. Acculé à la faillite, Sweezey n’a d’autre choix que d’accepter l’offre d’achat du président de la Montreal Light, Heat and Power, Herbert Samuel Holt. Cette dernière confirme ainsi, à bon compte, sa suprématie sur le marché de l’électricité de Montréal.

La centrale de Beauharnois

L’ampleur du projet frappe l’imagination. Largement publicisée dans la presse mondiale, la construction de la centrale de Beauharnois est souvent comparée au chantier du canal de Panama. Le rapprochement est d’autant plus naturel que le canal d’amenée de la centrale constitue également un élément stratégique de la Voie maritime du Saint-Laurent. La centrale est remarquable à plusieurs égards :

  • Le dragage du canal d’amenée, d’une largeur de 1 kilomètre, d’une longueur de 24 kilomètres et d’une profondeur moyenne de 10 mètres, entraîne un déplacement de matériaux plus considérable que les travaux du canal de Panama.

  • La centrale est située à proximité des marchés de Montréal, de l’Ontario et des États-Unis, ce qui lui confère d’emblée une vocation qui déborde le marché local ; de fait, le montage financier, échafaudé par Sweezey pour réaliser son rêve, repose sur deux contrats d’exportation de l’énergie produite à la centrale : l’un avec Ontario Hydro et l’autre, avec la Montreal Light, Heat and Power Company.
  • La mise en service par Hydro-Québec, en 1961, du dernier des 36 groupes turbines-alternateurs de la centrale, marquera la fin de plus de 30 ans de travaux. La centrale de Beauharnois est alors considérée comme la plus puissante du Canada ; encore aujourd’hui, elle demeure l’une des plus puissantes centrales au fil de l’eau du monde.
  • L’architecture, d’inspiration art déco, confère à la centrale une élégance exceptionnelle. Ce caractère lui sera précieusement conservé en dépit des réparations majeures qu’elle subira dans les années 1990. Elle sera désignée lieu historique national.

Puissance et élégance : le projet frappe l’imagination par son ampleur.

Vous pouvez visiter gratuitement cette centrale dont l’architecture est d’inspiration Art déco.

Diaporama

Le contenu qui suit est un diaporama d'images sur : L’année 1929

  • Et l’Homme créa une centrale au milieu des champs ! Prise au début de la Grande Dépression, en 1930, cette photo montre l’immensité du chantier de la centrale et du canal de Beauharnois.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Chantier de la centrale de Beauharnois, en 1931. Amorcée en 1929 par la Beauharnois Light, Heat and Power, la construction comportera trois phases, dont les deux dernières seront menées à bien par la Commission hydroélectrique de Québec (Hydro-Québec). Avec ses 38 turbines-alternateurs, la centrale de Beauharnois fait partie des plus grandes usines hydrauliques au fil de l’eau du monde. Elle est classée lieu historique national.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Plan du canal de Beauharnois.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Vue aérienne de la première phase de la centrale de Beauharnois, achevée en 1932.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Étage des alternateurs de la centrale de Beauharnois, en 1932.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Au début des années 1950, le commissaire d’Hydro-Québec René Dupuis a conçu l’idée d’un aménagement paysager qui reproduirait le drapeau du Québec sur le site de la centrale de Beauharnois.

  • Étage des alternateurs de la centrale de Beauharnois.

  • L’entrée administrative de la centrale de Beauharnois possède des caractéristiques inspirées de l’Art déco.

  • Ce régulateur de vitesse Morris – Pelton a été installé dans la centrale de Beauharnois au début des années 1930.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

  • Annonciateur qui indique l’état d’un groupe turbine-alternateur de la centrale de Beauharnois, utilisé jusqu’aux années 1990 environ. Un interrupteur permet aux opérateurs dans la salle de commande d’allumer ou d’éteindre les numéros correspondant aux différents états possibles de la turbine.

    Collection historique d’Hydro-Québec
    2000.0057

  • Drague à succion utilisée pour creuser le canal de Beauharnois.

    Source : Archives d’Hydro-Québec

Retour haut de page