À compter de 1997, le marché de l’électricité en Amérique du Nord s’ouvre à la concurrence. Hydro-Québec obtient un permis de négociant en gros sur les marchés américains. Le caractère essentiellement hydroélectrique de sa production lui permet, grâce à ses réservoirs, de profiter des nouvelles occasions d’affaires sur les marchés du nord-est américain en réalisant des transactions d’achat-vente à court terme. L’entreprise s’adapte donc avantageusement à son nouvel environnement d’affaires déréglementé, tout en protégeant les acquis des consommateurs québécois et en contribuant davantage à l’enrichissement collectif des Québécois et des Québécoises. Afin de répondre aux besoins croissants d’électricité au Québec, l’entreprise poursuit par ailleurs la mise en valeur du potentiel hydroélectrique économiquement aménageable dont le Québec dispose encore. De ce nouveau contexte émerge une organisation renouvelée dont les activités sont regroupées en quatre grandes divisions.

À compter de 1999 enfin, l’entreprise poursuit un processus de certification de la conformité de ses activités avec la norme ISO 14001, confirmant que son système de gestion environnementale est établi selon les normes reconnues à l’échelle internationale.

1997

Ouverture du marché de gros de l’électricité

En signe de réciprocité à l’endroit des autres acteurs du marché nord-américain de l’énergie, Hydro-Québec ouvre son réseau de transport et son marché de gros de l’électricité à la concurrence. La division Hydro-Québec TransÉnergie est créée afin d’assurer un accès non discriminatoire au réseau de transport québécois pour l’ensemble des intervenants du marché. La Federal Energy Regulatory Commission (FERC), organisme réglementaire américain, octroie à H.Q. Energy Services (U.S.), une filiale d’Hydro-Québec, un permis de négociant en gros aux conditions du marché américain. Cette autorisation permet à Hydro-Québec d’élargir son marché, de profiter d’occasions d’affaires sur les marchés hors Québec et de participer encore plus activement à l’enrichissement collectif des Québécois et des Québécoises.

Un partenariat stratégique

Hydro-Québec acquiert une participation importante dans Noverco, société de gestion qui chapeaute, notamment, la société en commandite Gaz Métropolitain. La prise de participation d’Hydro-Québec dans Noverco en 1997 s’inscrit dans le mouvement de convergence des entreprises de transport et de distribution de gaz et d’électricité en Amérique du Nord. Elle a pour but de faire participer Hydro-Québec à la croissance des secteurs du transport de l’énergie et de la distribution de gaz naturel dans le nord-est du continent.

Retour haut de page

1998

Une tempête de verglas sans précédent

Une tempête de verglas d’une intensité sans précédent endommage une partie importante des réseaux de transport et de distribution d’Hydro-Québec. Dans certains cas, les clients sont privés d’électricité pendant quatre semaines. Néanmoins, plus de 97 % des Québécois et des Québécoises se disent satisfaits de la manière dont Hydro-Québec s’est acquittée de sa responsabilité dans les circonstances. Afin d’améliorer la fiabilité de l’alimentation électrique de l’ensemble de ses clients, l’entreprise met en œuvre d’importants travaux pour renforcer son réseau de transport, notamment dans les zones à risque élevé de verglas.

Diaporama

Le contenu qui suit est un diaporama d'images sur : L'année 1998

  • Mobilisation des camions d’Hydro-Québec pendant la tempête de verglas en janvier 1998.

  • Un travailleur enlève les branches qui sont tombées sur les lignes électriques pendant la tempête de verglas de 1998.

  • Un convoi de camions d’Hydro-Québec pendant la tempête de verglas de janvier 1998.

  • Dégâts causés par la tempête de verglas de janvier 1998.

  • Glace accumulée sur les fils d’une clôture à la suite de la tempête de verglas de janvier 1998.

  • Hydro-Québec a renforcé ses pylônes à la suite de la tempête de verglas de janvier 1998.

  • La direction principale – Approvisionnement et services a remis une casquette comme celle-ci à tous les membres de son personnel qui ont participé à la reconstruction des lignes endommagées par la tempête de verglas de 1998.

    Collection historique d’Hydro-Québec
    2008.0003

  • Vestige d’un conducteur de la ligne à 735 kV qui reliait le poste de Boucherville et le poste Hertel à Laprairie (circuit 7036). Cette ligne est tombée le vendredi 9 janvier 1998, lors de la tempête de verglas.

    Collection historique d’Hydro-Québec
    2012.0058

Retour haut de page

2001

Une organisation renouvelée

À la suite de l’adoption, en 2000, de la Loi modifiant la Loi sur la Régie de l’énergie, Hydro-Québec confirme la séparation fonctionnelle des unités d’affaires qui assurent la production, le transport et la distribution de l’électricité. À la division Hydro-Québec TransÉnergie, créée en 1997, s’ajoutent deux nouvelles divisions : Hydro-Québec Production et Hydro-Québec Distribution. Hydro-Québec Équipement sera créée en juin 2002.

Hydro-Québec Distribution est responsable de l’approvisionnement en électricité des marchés québécois. Protégeant les acquis de la nationalisation, la réglementation établit à 165nbsp;TWh le volume d’électricité patrimoniale qu’Hydro-Québec Production doit fournir à Hydro-Québec Distribution à un prix moyen de 2,79 ¢ le kilowattheure. Pour répondre à la demande excédant ce volume, cette dernière devra conclure des contrats d’approvisionnement avec des fournisseurs d’électricité après avoir procédé à des appels d’offres.

Retour haut de page

2002

La paix des Braves

Le 7 février, la signature d’une entente entre le gouvernement du Québec et le Grand Conseil des Cris de la Baie James instaure une nouvelle ère de respect mutuel et de collaboration entre les deux communautés. La « paix des Braves » ouvre la voie à l’aménagement des centrales Eastmain-1 et Eastmain-1-A avec dérivation partielle de la rivière Rupert.

Bernard Landry, premier ministre du Québec et Ted Moses, Grand Chef du Grand Conseil des Cris de la Baie James.

Hydro-Québec Distribution, un premier appel d’offres

Les 26 et 27 mars, Hydro-Québec Distribution lance son premier appel d’offres pour la fourniture d’énergie en vue d’alimenter le Québec à compter de 2006. Hydro-Québec Distribution estime qu’elle aura alors besoin de 1nbsp;200nbsp;MW pour satisfaire les besoins d’énergie de la population québécoise. Par ailleurs, la division annonce son intention de lancer un prochain appel d’offre pour un total de 1nbsp;000nbsp;MW d’énergie éolienne au cours des 10 prochaines années.

Retour haut de page