Pour nous joindre

Consulter la foire aux questions pour trouver la réponse aux questions les plus fréquemment posées. Pour toute autre question, communiquer avec nous.

Sylviane Legault

Conseillère – Relations avec le milieu

Ligne Info-projets

1 833 364‑5384

FAQ

Est-ce que les travaux vont entraîner des interruptions de service (pannes de courant) ?

Aucune interruption de service n’est à prévoir pour les résidents et résidentes de Cadillac ou des agglomérations voisines. Le courant sera interrompu pendant de courtes périodes chez les clients et clientes à proximité de la centrale.

Hydro‑Québec avertira les personnes concernées avant chaque interruption.

Est‑ce qu’il sera possible de traverser le pont de la centrale de Rapide‑2 pendant les travaux ?

Les commentaires et préoccupations des utilisateurs du pont de Rapide‑2 amènent Hydro-Québec à évaluer la possibilité de prévoir un passage pour les motoquads pendant les travaux. Une passerelle pour motoquad pourrait ainsi être aménagée à certains moments précis, selon un horaire spécifique, pour permettre aux détenteurs de baux d’abris sommaires et autres utilisateurs du territoire d’accéder à l’autre rive. De l’information supplémentaire à ce sujet sera diffusée au début de 2023.

Est-ce que les travaux seront suspendus pendant la saison de la chasse à l’orignal ?

Les travaux se poursuivront pendant la saison de chasse. Ils se dérouleront dans le périmètre des installations.

Quelles sont les retombées économiques régionales du projet ?

Des projets comme ceux de la réhabilitation des ponts de nos aménagements de Rapide‑7 et de Rapide‑2 ainsi que de l’évacuateurs de crues de Rapide‑7 doivent être confiés à des entreprises spécialisées.

L’appel de proposition pour l’attribution du contrat à Rapide‑7 a été lancé en novembre 2020. En avril 2021, le contrat a été accordé à l’entreprise Pomerleau inc. de Lévis.

Le 7 avril 2021, Hydro-Québec tenait un Rendez-vous de la sous-traitance afin de permettre aux entreprises régionales de se faire connaître de Pomerleau. Cette activité avait pour objectif de favoriser les retombées économiques régionales. Plus de 40 entreprises de la région ont participé au Rendez-vous de la sous-traitance. Une dizaine ont par la suite obtenu des contrats de cet entrepreneur.

Nous prévoyons lancer un appel de propositions pour les travaux à réaliser à l’aménagement de Rapide‑2 à l’automne 2022.  

Le contrat attribué pour les travaux à la centrale de Rapide‑7 est d’une valeur de près de 40 M$.  Nous estimons que le contrat qui sera donné en 2023 pour la réalisation des travaux à Rapide‑2 sera d’une valeur similaire.

En lien avec ces travaux, Hydro-Québec a lancé un appel de propositions régional en août 2020 visant le rafraîchissement de cinq maisons qu’elle possède à proximité des installations afin d’y aménager des bureaux de chantier. L’entreprise Industries Blais de Rouyn-Noranda a obtenu ce contrat d’une valeur de 370 k$.

Les achats de biens et de services (hébergement, restauration, essence) contribueront aussi aux retombées économiques régionales Au cours de la première année des travaux, en 2021, le chantier de Rapide‑7 a accueilli entre 30 et 40 travailleurs et travailleuses. Nous estimons que ce nombre de travailleurs augmentera au cours des prochaines année pour atteindre de 50 à 60 personnes actives sur le chantier. Nous prévoyons que le chantier de Rapide‑2, dont la première saison s’étalera de mars 2023 à décembre 2023, accueillera autant de travailleurs et de travailleuses.

Est-ce que ces deux projets déclencheront un processus d’évaluation environnementale ?

Selon la législation en vigueur, les projets de réhabilitation des ouvrages en béton des aménagements de Rapide‑7 et de Rapide‑2 ne nécessitent pas de processus d’évaluation environnementale.

En règle générale, ce processus s’applique aux projets de construction de nouvelles installations de production ou de transport d’électricité.

Hydro-Québec tient à rester en contact avec les personnes et les groupes concernés. Tout au long du chantier, il sera possible de communiquer avec nous au moyen de la ligne Info-projets ou par courriel.

Est-ce qu’une consultation du milieu aura lieu dans le cadre de ces deux projets ?

Une démarche de communication a été entamée à l’automne 2020 et se poursuit depuis. Une trentaine d’organisations ont été rencontrées ou du moins contactées afin d’être informées des travaux à venir et de la fermeture des ponts.

Cette démarche se poursuivra pendant toute la durée des travaux de réhabilitation des aménagements de Rapide‑2 et de Rapide‑7.

Concernant plus spécifiquement la fermeture du pont de Rapide‑7, la démarche de consultation a permis de conclure une entente avec le Club de motoneige de Val-d’Or pour le déplacement d’une partie d’un sentier régional.

Pour les utilisateurs du pont de Rapide‑2, la consultation portant sur les mesures d’atténuation à mettre place pour réduire les inconvénients liés à la fermeture du pont est en cours depuis l’hiver 2020-2021. Les échanges qui ont eu lieu avec les utilisateurs ayant communiqué avec nous permettent de cibler deux mesures qui répondent aux besoins du plus grand nombre : la remise en état et l’entretien d’un chemin forestier menant à une rampe de mise à l’eau sur la rivière Darlens et l’aménagement d’un passage pour motoquads, lorsque possible, en bordure du chantier.

Pour nous faire part de commentaires en lien avec le possible déploiement de ces mesures, communiquer avec nous au moyen de la ligne Info-projets 1 833 364-5384 ou de l’adresse courriel legault.sylviane@hydroquebec.com.

Qu’est-ce qu’un évacuateur de crues ?

Cet ouvrage aide à gérer le débit d’un cours d’eau pendant les périodes de crues. Une crue est une hausse ponctuelle du niveau des eaux, phénomène naturel qui s’observe souvent au printemps, lors de la fonte des neiges, ou pendant des périodes marquées par des précipitations abondantes et soutenues.

À l’aménagement de Rapide‑7, l’évacuateur compte 19 vannes ou portes. Pour ouvrir ces vannes, il faut soulever les poutrelles de bois qui bloquent le passage de l’eau, comme si on ouvrait une porte pour permettre à celle-ci de s’écouler de l’autre côté.

Comment fonctionne l’évacuateur de crues de l’aménagement de Rapide‑7 ?

À l’aménagement de Rapide‑7, l’évacuateur compte 19 vannes ou portes. Pour ouvrir ces vannes, il faut soulever les poutrelles de bois qui bloquent le passage de l’eau, comme si on ouvrait une porte pour permettre à celle‑ci de s’écouler de l’autre côté.

Cet ouvrage aide à gérer le débit de la rivière des Outaouais pendant les périodes de crues. Une crue est une hausse ponctuelle du niveau des eaux. Ce phénomène naturel s’observe souvent au printemps, lors de la fonte des neiges, ou lors de périodes marquées par des précipitations abondantes et soutenues.

À l’aménagement de Rapide‑7, l’évacuateur compte 19 vannes ou portes. Pour ouvrir ces vannes, il faut soulever les poutrelles de bois qui bloquent le passage de l’eau, comme si on ouvrait une porte pour permettre à celle‑ci de s’écouler de l’autre côté.

Évacuateur de crues de l’aménagement de Rapide‑7

Diaporama

Le contenu qui suit est un diaporama d’images sur : Les normes

  • Trois vannes de l’évacuateur de crues – Rapide‑7
    Inspection en appui sur cordes, juillet 2020
  • Intérieur d’une vanne de l’évacuateur de crues – Rapide‑7
    Inspection en appui sur cordes – Rapide‑7, juillet 2020
  • Chariot‑treuil qui soulève le couvercle donnant accès aux poutrelles de bois de l’évacuateur, Rapide‑7, juillet 2020
  • Vue de la première poutrelle sur le pont de l’évacuateur de crues, Rapide‑7, juillet 2020

Est‑ce que les travaux vont modifier le niveau de l’eau de la rivière des Outaouais à proximité des centrales ?

Non. Les travaux n’auront pas d’incidence sur le niveau de l’eau de la rivière des Outaouais.

Le saviez‑vous ? La production d’électricité sur le territoire de Rouyn‑Noranda

La goutte d’eau qui passe dans une turbine à la centrale de Rapide‑7 prend six heures pour atteindre la centrale de Rapide‑2 et passer de nouveau dans une turbine.

Aménagement de Rapide‑7
Centrale alimentée par le réservoir Decelles
Mise en service – 1941 Longueur du lien interrives – 381 m
Puissance installée – 67 MW Capacité d’alimentation – 23 450 maisons
Groupes turbine-alternateur – 4 Superficie du réservoir – 200 km2
Hauteur de chute – 20,7 m (68 pi)
Aménagement de Rapide‑2
Centrale au fil de l’eau (sans réservoir)
Mise en service – 1954 Longueur du lien interrives – 310 m

Puissance installée – 67 MW

Capacité d’alimentation – 23 450 maisons

Groupes turbine-alternateur – 4

Superficie du réservoir

Aucun réservoir

Hauteur de chute – 20,4 m (67 pi)

Photos d’archives d’Hydro‑Québec datant de la période de la construction de l’aménagement de Rapide‑7. La centrale de Rapide‑7 est la deuxième centrale construite en Abitibi‑Témiscamingue, après celle des Rapides‑des‑Quinze en 1923. En 1939, date de début de la construction de Rapide‑7, un « village de compagnie » est aménagé à proximité du chantier. Avec l’arrivée de la semi-automatisation en 1967-1968, il n’est plus nécessaire d’avoir de la main d’œuvre à proximité : c’est le commencement de la fin pour ce village.

  • Village de Rapide‑7, 18 mai 1939
    Jusqu’en 1968, une soixantaine de travailleurs habitent au village pour assurer le bon fonctionnement de la centrale.
  • Village de Rapide‑7, 9 avril 1941
    Le village compte environ trente maisons, une école, une église, un garage, un bureau de poste et un magasin général.
  • Rapide‑7, 9 avril 1941
    Salle à manger des hommes où les attend le cuisinier.
  • Rapide‑7, 27 mai 1940
    Coffrages en bois servant à la construction de l’aménagement de Rapide‑7.
  • Rapide‑7, 1940
    Construction de la prise d’eau en amont de la centrale.
  • Rapide‑7, 1942
    Vue sur l’évacuateur de crues à partir de la rive est de la rivière des Ouataouais.
  • Rapide‑7, 27 mars 1941
    Rang de Rapide‑7. Au loin, le transport du treuil d’une vanne de prise d’eau.
  • Rapide‑7, 1960
    Vue aérienne de la centrale et de son village, avec une grande quantité de billots de bois dans la passe à billes.