Laurentides

Réduire les impacts de la crue printanière dans le bassin versant de l’Outaouais : un travail d’équipe pour Hydro-Québec et ses partenaires

Hydro-Québec compte deux centrales dans la région des Laurentides : la centrale de Carillon sur la rivière des Outaouais et la centrale de la Chute-Bell sur la rivière Rouge, un affluent de la rivière des Outaouais. Toutes deux sont des centrales au fil de l’eau, ce qui signifie qu’elles ne permettent pas de retenir ou de stocker de l’eau dans un réservoir.

La rivière Rouge et la rivière des Outaouais font partie du bassin versant de l’Outaouais, où différents partenaires exploitent des installations et collaborent étroitement afin d’assurer une saine gestion des débits et des niveaux d’eau. Hydro-Québec participe activement à cette collaboration à titre de membre de la Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais (CPRRO).

Rivière des Outaouais : nos réservoirs réduisent la crue sur 40 % du bassin versant

Au printemps, Hydro-Québec et ses différents partenaires retiennent l’eau près de la capacité maximale des réservoirs afin de limiter les impacts de la crue sur la population. Toutefois, les réservoirs situés dans la partie nord du bassin versant de l’Outaouais peuvent retenir seulement 40 % des apports d’eau. Les 60 % restants se produisent dans la partie sud du bassin, en aval des ouvrages pouvant retenir l’eau. Ainsi, l’eau qui s’écoule au sud des réservoirs ne peut être ni gérée ni retenue. Bien que la gestion collaborative réduise les débits durant la crue printanière, elle ne peut pas empêcher les inondations lorsque les apports d’eau sont trop élevés, puisque seules 4 gouttes d’eau sur 10 transitent par des ouvrages régulateurs.

Carte rivière Outaouais

Le saviez-vous ?

La centrale de Carillon, établie au pied du bassin versant de la rivière des Outaouais, est une centrale au fil de l’eau.

Elle ne possède pas de réservoir capable d’accumuler l’eau de la crue printanière. En période de crue, l’évacuateur de crues laisse passer les surplus d’eau.

Si on en fermait les vannes au plus fort de la crue, l’eau déborderait par-dessus l’ouvrage après quelques heures !

Centrale de Carillon
Centrale de Carillon

Le rôle de la Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais

Plusieurs grands cours d’eau se jettent dans la rivière des Outaouais, qui draine un bassin versant de 146 000 km2 sur une distance de plus de 1 120 km, de l’Abitibi-Témiscamingue à Montréal. Hydro-Québec n’est pas le seul exploitant de réservoirs et de centrales dans ce bassin versant. La gestion des niveaux et des débits de la rivière des Outaouais est le fruit d’une collaboration entre partenaires. Chaque goutte d’eau de la rivière passe sous la loupe de la Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais (CPRRO).

La CPRRO réunit les divers intervenants qui participent à la gestion hydrique du bassin versant de l’Outaouais : le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec, le ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l’Ontario, Environnement et Changement climatique Canada, Services publics et Approvisionnement Canada, la Garde côtière canadienne, Ontario Power Generation et Hydro‑Québec.

Consultez le site Web de la CPRRO pour suivre l’évolution des conditions hydriques de la rivière des Outaouais.

Pour plus d’information sur le bassin versant de la rivière des Outaouais, consultez le site Web du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Durée : 4 minutes 11 secondes

Notre expert vous explique simplement de quelle façon Hydro-Québec contribue à gérer la crue printanière de la rivière des Outaouais.