Bas-Saint-Laurent

Nos réservoirs dans le Bas-Saint-Laurent limitent les impacts de la crue printanière

Dans le Bas-Saint-Laurent, Hydro-Québec a des installations sur le lac Témiscouata et dans le bassin versant de la rivière Mitis. Le barrage Témiscouata est situé à 2,5 km au nord de Dégelis. Le bassin versant de la Mitis couvre une superficie de 1 820 km2.

Le lac Témiscouata agit comme un réservoir pour retenir l’eau de la crue printanière

Grâce à la présence du barrage, le lac Témiscouata est géré comme s’il était un réservoir. La vidange graduelle du lac pendant l’hiver permet de réduire partiellement les impacts de la crue printanière. Le barrage est composé d’un évacuateur de crues de 25 vannes et d’une passe à poissons permettant la libre circulation des espèces entre l’amont et l’aval. En dehors des crues, la régulation du niveau du lac est assurée par trois vannes.

Carte Lac Témiscouata

La prévision des précipitations (neige et pluie) joue un rôle essentiel dans la gestion du barrage Témiscouata. Avant la période de crue printanière, Hydro-Québec vidange le lac jusqu’au niveau minimal, fixé en fonction de la prise d’eau de Témiscouata-sur-le-Lac. Par cette action, elle limite les effets de la crue à venir. En période de crue, elle ouvre les vannes de l’ouvrage selon une séquence précise. Lorsque les 25 vannes sont ouvertes, le niveau du lac dépend des apports naturels, par définition imprévisibles.

Barrage du Lac Témiscouata

En période de fortes crues, le niveau de la rivière Madawaska, au pied du barrage, monte jusqu’à égaler celui du lac Témiscouata. À ce moment, le barrage n’exerce plus de contrainte sur l’écoulement, de sorte que la quantité maximale d’eau évacuée dépend uniquement de la capacité d’écoulement de la Madawaska. Or, certains segments de cette rivière créent des goulots d’étranglement qui ralentissent considérablement l’écoulement, tel des entonnoirs. Ces segments plus étroits limitent la quantité d’eau que peut laisser passer le barrage Témiscouata.

Bassin versant de la Mitis : la crue printanière est freinée par nos réservoirs, mais son intensité dépend des conditions météorologiques

Le bassin versant de la Mitis comprend deux réservoirs de tête (lacs Mitis et Mistigougèche) et deux centrales au fil de l’eau (Mitis-1 et Mitis-2). En plus de l’eau provenant des réservoirs de tête, des apports importants de la rivière Neigette et des bassins versants des rivières Mitis et Mistigougèche – sur lesquels Hydro-Québec n’a aucune influence – parviennent aux installations de Mitis-1 et de Mitis-2.

 Chaque année, Hydro-Québec procède à une vidange graduelle de ses réservoirs pendant l’hiver en vue de retenir le maximum d’eau durant la crue printanière. Cependant, les lacs Mistigougèche et Mitis ne peuvent pas absorber toute la crue. L’eau qui s’écoule dans la Mitis en aval de ces ouvrages ne représente malgré tout qu’environ 30 % du volume d’eau en provenance des nombreux affluents de cette rivière.

À l’arrivée de la crue, Hydro-Québec referme les vannes des ouvrages afin de réduire au minimum le volume d’eau déversé dans la Mitis et de limiter les effets de la crue. Lorsque diminuent l’intensité de la crue et les risques d’inondation pour les populations riveraines, elle peut augmenter le déversement dans la rivière.

L’intensité de la crue de printemps dépend uniquement des conditions météorologiques. La crue sera moins forte si la neige accumulée absorbe moins de chaleur et peu de précipitations en eau. En revanche, un printemps chaud et pluvieux accélérera la fonte de la neige et augmentera les risques d’inondation.

Rappel important : En cas d’inondation, communiquez avec votre municipalité. Celle-ci est en contact avec le ministère de la Sécurité publique du Québec, qui coordonne toutes les opérations liées aux inondations.

Des questions sur la gestion des installations d’Hydro-Québec ? N’hésitez pas à communiquer avec nous : RAM_Matapedia@hydro.qc.ca.